Shopping Online

Shopping Online

Teunis Zaaijer

no comment

Teunis Zaaijer, auch: Teunis Zaayer, (* 15. November 1837 in Dirksland; † 23. Dezember 1902 in Leiden) war ein niederländischer Mediziner.

Zaayer war der Sohn des Bürgermeisters Pieter Zaayer (* 31. Mai 1813 in Dirksland, † 2. Februar 1896 ebenda) und dessen Frau Jannetje Lodder (* 28. September 1814 in Ouddorp, † 22. März 1900 ebenda). Er hatte die Dorfschule seines Heimatortes besucht, dann das Internat Drimmelen und später in Geertruidenberg. Nachdem er eine Ausbildung als Geodät absolviert hatte, immatrikulierte er sich am 1. Oktober 1856 an der Universität Leiden, um ein Studium der Medizin zu absolvieren. Am 30. Mai 1862 promovierte er mit dem Thema Beschrijving van twee vrouwenbekkens uit den Oost- Indischen Archipel (frei Deutsch übersetzt: Beschreibung von zwei Frauenbecken aus dem Ost-Indischen Archipel) zum Doktor der Medizin. Am 10. September erwarb er den Doktorgrad der Frauenheilkunde (art. obst.) und am 9. Oktober den Doktor der Chirurgie. Hieraufhin begab er sich nach Berlin wo er den Vorlesungen von Rudolf Virchow, Albrecht von Graefe, Bernhard von Langenbeck und Ludwig Traube verfolgte.

Im Januar 1863 musste er seine Studien abbrechen, da er zum zweiten Prosektor der Anatomie am anatomischen Kabinett in Leiden berufen wurde, welche Aufgabe er unter Hidde Halbertsma Justuszoon am 1

kelme Women

KELME Summer Outdoor Casual Cotton Printed Short-Sleeved T-shirt Womens

BUY NOW

39.99
29.99

. Februar antrat. Im Sommer 1864 absolvierte er eine weitere Bildungsreise. Diese führte ihn nach Wien, wo er Josef Hyrtl und Ernst Wilhelm von Brücke kennenlernte. Über Prag reiste er nach Leipzig zu Eduard Friedrich Weber, hatte Hermann Welcker in Halle (Saale) und Jacob Henle in Göttingen kennengelernt. Zurückgekehrt in seine Heimat erhielt er Angebote von der Universität Utrecht und der Universität Groningen, die er jedoch ablehnte. Da er Halbertsma lange Zeit vertreten hatte, ernannte man ihn nach dessen Tod am 20. Januar 1866 zum außerordentlichen Professor der Anatomie, welche Aufgabe er am 10

Chile Away Jerseys

Chile Away Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. März 1866 mit der Antrittsrede Het gewicht eener doelmatige ontleedkundige techniek (frei Deutsch übersetzt: Das Gewicht einer wirksamen chirurgischen Technik) übernahm.

Am 30. Dezember 1870 wurde er ordentlicher Professor der Anatomie und der praktisch gerichtlichen Medizin. Als Leidener Hochschullehrer beteiligte er sich auch an den organisatorischen Aufgaben der Leidener Hochschule und war 1880/81 Rektor der Alma Mater. Diese Aufgabe legte er mit der Rede Geneeskunde en Maatschappij (frei Deutsch übersetzt: Medizin und Gesellschaft) nieder. Am 28. Februar 1888 wurde er von seiner Professur der gerichtlichen Medizin entbunden

Chile Home ALEXIS 7 Jerseys

Chile Home ALEXIS 7 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, die er am 13. Mai 1901 wieder übernahm. 1881 wurde er Mitglied des Gemeinderates in Leiden und Kurator des Gymnasiums in Leiden, deren Präsident er später war. Am 4. Mai 1874 nahm ihn die Königlich Niederländische Akademie der Wissenschaften in Amsterdam als Mitglied auf und er wurde im Augustus 1892 Ritter des Ordens vom niederländischen Löwen.

Am 22. April 1870 heiratete er in Leiden Johanna Petronella Jacoba Scholten (* 13. November 1846; † 8. April 1928 ebenda), die Tochter des Theologieprofessors Johannes Henricus Scholten

United States Home JOHNSON 23 Jerseys

United States Home JOHNSON 23 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Aus der Ehe stammen fünf Kinder. Von diesen kennt man:

Share This:

Terrance et Philippe

no comment

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Dans l’univers de la série télévisée South Park, Terrance Henry Stoot (né à Toronto) et Philippe Niles Argyle (né à Montréal) forment un duo comique canadien à l’humour pétomane. Ils sont les idoles des jeunes héros du dessin animé et leur sont connus par une émission et des films fictifs comme Jamais sans mon anus et Les Culs de feu

Seattle Sounders FC Second Away MARTINS 9 Jerseys

Seattle Sounders FC Second Away MARTINS 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. À cause du débordement de gros mots dans leur film, ils ont causé une guerre américano-canadienne dans South Park, le film : Plus long, plus grand et pas coupé.

Les parents des héros de South Park sont souvent excédés par cet humour scatologique. Dans le film, les parents obtiennent du président des États-Unis une déclaration de guerre contre le Canada pour en finir avec un pays capable de soutenir de pareils comiques.

L’épisode spécial Jamais sans mon anus nous en apprend beaucoup sur eux. Cet épisode est placé entre les deux parties de l’épisode La mère de Cartman est une folle du cul, retardant ainsi de deux semaines la réponse à la question « Qui est le père d’Eric Cartman? ». Dans cet épisode, Terrance et Philippe ont des emplois. Terrance est chirurgien et Philippe est avocat. Terrance a eu un enfant

United States Home JOHANNSSON 9 Jerseys

United States Home JOHANNSSON 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, Sally, avec Céline Dion, enfant enlevé par Saddam Hussein et envoyé en Iran. On découvre que Terrance et Philippe vivent ensemble sans être gays, qu’ils ne ratent jamais une occasion de chercher des trésors (dans le métro ou dans une rue) et que Terrance adore les costumes de pirates.

Dans l’épisode De tempête en naufrage, Terrance et Philippe sont séparés. Terrance est devenu obèse, et Philippe joue du Shakespeare. On apprend que la confusion est totale en ce qui concerne leur existence. On ne sait pas s’ils sont des personnages de dessins animés au sein de la série South Park, ou si South Park est à l’intérieur du monde de Terrance et Philippe (Terrance et Philippe regardent la série South Park dans l’épisode Jamais sans mon anus). Ils se sont fait connaître dans l’émission de Sonny et Cher en pétant sur Cher.

Ils sont dessinés comme la plupart des personnages canadiens de la série avec une tête en deux demi-cercles non reliés et parlant avec un fort accent.

Share This:

With Ur Love

no comment

With Ur Love —en español: Con tu Amor— es una canción de la cantante británica Cher Lloyd, tomada de su álbum de estudio debut Sticks + Stones. Fue lanzado el 29 de octubre de 2011 como el segundo single extraído del álbum. La canción cuenta con la voz invitada por la cantante estadounidense Mike Posner. Fue escrito por Shellback, Savan Kotecha, Max Martin y Mike Posner, y fue producido por Shellback. Musicalmente “With Ur Love” es una canción a medio tiempo, con elementos de bubblegum y R&B. Sus letras hablan de la euforia de estar enamorado. La canción debutó en el número cuatro en el Reino Unido, convirtiéndose en segundo top diez de Lloyd único.

Una versión no cuenta con Mike Posner fue lanzado en iTunes en los Estados Unidos. el 28 de agosto de 2012. Lloyd confirmó que la canción sería próximo single en Estados Unidos en The Today Show el 30 de agosto de 2012, antes de una actuación en directo, pero su disquera decidió mantener el tema al igual que el “sencillo promocional” para apoyar a sus Estados Unidos álbum debut Sticks & Stones y anunció Oath como el segundo single. Pero unos meses después, en enero de 2013 la canción fue anunciado como el tercero single del comunicado de Estados Unidos, con Juicy J. El single fue escuchado por primera vez en las radios el 5 de febrero de 2013.

Después de la respuesta mixta y el éxito comercial de su primer sencillo “Swagger Jagger”, Lloyd decidió lanzar “With Ur Love” como segundo single del álbum. Lloyd comentó acerca de la diferencia entre las vías: “It’s very different. The two songs are miles apart. My first single showed my attitude and aggressive style, while this one is more stripped-back with me being me. It basically gives you a good insight into what the album is going to be like, so I think it was a good choice.” (En español: “Es muy diferente. Las dos canciones son millas de distancia. Mi primer sencillo mostró mi actitud y estilo agresivo, mientras que éste es más simplificada conmigo siendo yo. Básicamente, le da una buena idea de lo que el álbum va a ser como, por lo que creo que fue una buena elección.”) Recibió su primera radiofónica el 21 de septiembre de 2011. La grabación se ha llevado a comparaciones con Avril Lavigne, y Lloyd se describe a sí misma la pista como una en ella, “actually gets to sing instead of jumping around like an idiot.” (En español: “en realidad se pone a cantar en vez de saltar por ahí como un idiota.”)

“With Ur Love” fue compuesta por Lloyd, Savan Kotecha

Chile Home ISLA 4 Jerseys

Chile Home ISLA 4 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, Shellback, Max Martin y Mike Posner, mientras que la producción estuvo a cargo de Martin y Marinero. Mientras habló con Robert Copsey de Digital Spy, Lloyd comentó sobre cómo trabajar con Max Martin, declarando: “Max is a very private person. He doesn’t rant and rave about his music, which is why I loved working with him. I want to be like that – I want to get my music out but not scream and shout about it.” (En español: “Max es una persona muy privada No despotricar sobre su música

United States Away JOHANNSSON 9 Jerseys

United States Away JOHANNSSON 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, por lo que me encantó trabajar con él quiero ser así – Quiero que mi música fuera, pero no gritar y gritar al respecto.”) Se cuenta con la voz de cantante Mike Posner. Posner comentó en una entrevista para Digital Spy sobre la colaboración:

“It was a great record. I think if it does get released women sleeveless dress, I think it could have the same kind of success. Max Martin and Cher did a really strong song. During my time with Cher I worked with an incredible singer, and I don’t think she gets enough credit for her singing ability as she deserves. There’s no autotune on there. It’s just really, really great, but I think people forget about that because she can rap so well also. I don’t see why she couldn’t compete in the US. She’s a great artist.” (en español: “Fue un gran disco. Creo que si se pone en libertad, creo que podría tener el mismo tipo de éxito. Max Martin y Cher hicieron una canción muy fuerte. Durante mi tiempo con Cher trabajé con una cantante increíble, y yo no creo que tenga suficiente crédito por su capacidad de cantar como ella se merece. no hay autoajuste allí. es muy, muy grande, pero creo que la gente se olvida de eso porque ella puede rap muy bien también. yo no veo por qué que no podía competir en los Estados Unidos ella es una gran artista”.)

La canción recibió críticas muy favorables de los críticos musicales. Robert Copsey de Digital Spy escribió: “Es dulce y azucarado con un borde adictivo fuerte”. Plataforma Online comentó “Es pegadizo, y usted definitivamente se va a encontrar a si mismo en ‘ba da da da dum dum-ing ‘ antes del final del primer coro. Los versos muestran la voz que Lloyd posee, que no se muestra en su primer sencillo, y nos recuerda a todos que ella tiene realmente mucho talento vocal para ofrecer “. Nick Levine de BBC Music escribió que la canción es “No es fácil resistir como un pastel enfriando en la ventana de tu vecino”. Joe Ríos de No Ripcord acordaron, escribiendo: “. Es otra buena canción pegadiza, salvo por la odiosa parte de Mike Posner”. Alexis Petridis de The Guardian dijo: “Esto es mucho mejor de lo que puedes esperar de un ex-concursante de The X Factor que falló”

New York City Football Club Away Jerseys

New York City Football Club Away Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

La versión británica del video musical para la canción fue subido a YouTube el 5 de octubre de 2011. Lloyd filmó la mayor parte del video musical de “With Ur Love” en y el alrededor Basinghall Avenue, Londres, Inglaterra. La versión US del video musical fue grabado en los EE.UU en “The Hollywood Castle” el 15 de enero de 2013 en Los Angeles, California. Fue lanzado el 14 de febrero en VEVO.

Lloyd se ve riendo con unos amigos mientras se sienta en un dormitorio. Luego va y camina por las calles de Londres con sus amigos como globos gigantes en forma de corazón flotan a lo largo de las calles y un montón de pequeños colores se liberan en el aire. Posner se ve cantando desde una azotea con el telón de fondo de la ciudad de Londres detrás de él.

En la versión estadounidense del video musical, Lloyd se ve como una reina con poderes sobrenaturales que viven en un gran castillo con sus amigos que también parecen tener poderes sobrenaturales. En un día de lluvia un par de hombres se sienten atraídos por su castillo y pronto se invitó a Lloyd. El grupo se sienta para una cena juntos, a pesar de que sus clientes a encontrar la comida que se sirve como desagradables. Lloyd se pone un hechizo sobre los hombres para que actúen más extrovertido y hablador durante la comida. Cada uno de los hombres se van a otra parte del castillo de Lloyd donde son seducidos y encantados con sus amigos. Amigos de Lloyd cada roban esencia de los hombres y su esencia se pone en una pequeña botella. Lloyd y sus amigos pusieron la esencia en un caldero cuando Lloyd lanza un hechizo sobre él que crea su compañero ideal.

Lloyd interpretó la canción de The X Factor el 30 de octubre de 2011, el día de su lanzamiento en el Reino Unido. Ella interpretó “With Ur Love”, junto con su primer single, “Swagger Jagger”, en X Factor de Ucrania el 19 de noviembre. En agosto de 2012 se reveló que “With Ur Love” servirá como tercer single en Estados Unidos de Lloyd. Lloyd realiza entonces la pista el 30 de agosto en el Today Show, junto con “Want U Back”.

El 4 de noviembre de 2011, la canción debutó número 5 en Irlanda, siendo el segundo top 5 de Lloyd en Irlanda. A pesar de que algunos predijeron que la canción llegaría al número uno en Reino Unido, su mayor posición fue en el cuarto puesto en su primera semana por 74,030 copias vendidas. La canción vendió más que Swagger Jagger cuando debutó número uno ya que vendió 66,316 copias. “With Ur Love” es la cuarta canción más vendida en su primera semana en Reino Unido, ya que Only Girl (In The World) de Rihanna vendió 74,248 copias en el octubre de 2010. Se estima que la canción haya vendido 300,000 o 400,000 copias en total en Reino Unido. El sencillo promocional de Estados Unidos se estima 50,000 copias.

Share This:

Histoire de Saint-Dié-des-Vosges

no comment

Cet article présente l’histoire de Saint-Dié-des-Vosges.

Les vallées avoisinantes recèlent des lieux de peuplement dispersés et très anciens. L’archéologue n’y rencontre pas seulement des sites de période laténienne. Une multitude d’indices signale une précoce présence néolithique et une intensification de l’occupation des sols il y a 5000 ans. Si le forum ou fanum suivant les auteurs, c’est-à-dire le Vieux-marché Saint-Martin a livré au XIXe siècle quelques vestiges de maisons solidaires adossées à des remparts dont les fosses comblées après un incendie vers l’an 90 ont livré des minerais fondus, le plus connu par les fouilles, un plateau barré par un murus gallicus et protégé par un rempart, est le camp de la Bure habité à l’époque gauloise, puis gallo-romaine par une famille de forgerons et ses employés. Le camp sert aussi longtemps de refuge de hauteur, véritable oppidum aux époques de troubles et de guerres. À l’époque gallo-romaine tardive, il est équipé d’une grande statue portant un Jupiter terrassant l’anguipède, une grande balise visible de l’antique voie romaine, via salinatorum.

Assez éloignés de cette voie marchande, les habitants de cette partie du Chaumontois christianisés bien avant le VIIe siècle se rassemblent pour fonder un ban religieux qui reçoit des privilèges d’immunités du roi d’Austrasie Childéric II. Le ban Saint-Dié dont les privilèges immunistes sont confirmés et peut-être agrandis par Thierry IV ou Childéric III comprend probablement la plus haute partie du val de Meurthe jusqu’à La Bolle ainsi que le val de Fave en amont de la prairie d’Hellieule jusqu’aux abords de Beulay.

La fondation reconnue par un privilège royal en l’an 669 est associée à l’œuvre de saint Dié. Ce personnage légendaire, saint homme longtemps dénommé Bonhomme par le peuple, est d’abord associé au Petit-Saint-Dié, lieu-dit sous la roche Saint-Martin, à un vieux sentier qui mène au col éponyme et surtout au chemin de montagne parsemée de fontaines saint Dié reliant Hunawihr au abord de Colmar à Saint-Dié par le bien nommé col du Bonhomme. Quelques anciens habitants du faubourg Saint-Martin avant 1890 connaissaient le vieux moutier en dessous de la côte Saint-Martin et au-dessus des sources abondantes du Petit-Saint-Dié. Déodat ou Dieudonné est aussi considéré par la tradition religieuse la plus orthodoxe comme le fondateur du monastère des Jointures, là où est maintenant l’ensemble cathédral.

Ce ban est commandé par une assemblée chrétienne ou ecclesia, composée de tous les hommes capables de porter une arme, y compris les religieux s’il y en a. Elle choisit en son sein des conseils d’anciens ou saonnes qui se déplacent annuellement à date et lieu fixes dans le territoire ordonné par le ban Saint-Dié, elle peut aussi se réunir exceptionnellement. La saonne de justice semble être vénérée au-dessus de tout autre pouvoir et ses plaids sont les plus respectés. L’assemblée Saint-Dié est aussi conçue sur le mode du thing germanique ou ding mérovingien. L’assemblée primitive semble être née en même temps que le lieu de foire d’automne et de printemps, choisi sur la prairie d’Hellieule. Les assemblées politiques importantes se tiennent aux équinoxes, alors que les fêtes religieuses prépondérantes, hormis les premiers jours spécifiques des mois de novembre, février, mai et août, sont axés sur les solstices. Les élections se déroulent en plein air, à main levée. Une partie des fonctions est tirée au sort parmi des candidats de même âge.

Les hommes sages, élus ordonnant la bonne justice et la paix, se retirent au nord sur l’Ortimont ou mont rond. Ils écoutent le diseur de lois et jugent sans appel. Ils commandent ou désavouent au sud jeunes et vieux guerriers assemblés au voisinage du bois Saint-Martin. Les bonnes femmes ou sages femmes, garantes des valeurs familiales et de la divination, exercent à l’orient entre le monticule des Jointures et les Rochattes aux Fées. Elles jugent, réprimandent et consolent les réprouvés, les captifs temporaires et les femmes de mauvaise vie, qui sont gardés à l’occident près du massif actuel de la Madeleine. La pierre hardie, où pouvait être pratiqué des ordalies par le feu, rappelle le pouvoir féminin. Un tel lieu de rencontre temporaire n’est pas forcément habité.

Les Étichonides, possesseurs légendaires du pouvoir mérovingien, ont toléré bon gré mal gré cette organisation, en la chargeant aussi de la collecte d’impôt à leur profit. Ce n’est pas le cas des premiers Pépinides et Carolingiens, restaurateurs d’un fisc royal autoritaire et de dîmes religieuses rigoureuses, en dehors de prélèvements de guerre exorbitants. Ils imposent des administrateurs, souvent des religieux orthodoxes bénédictins, aux côtés de militaires qui suppriment toute vie politique indépendante au niveau du ban Saint-Dié. La légende de la fondation du monastère des Jointures rappelle la volonté d’apaisement de Charlemagne charm bracelets. Il n’est plus sûr que l’âme de son père Pépin le Bref aille aux paradis et rassemble une dizaine de moines pour prier à cette ascension sous le patronage de saint Maurice. Il restaure en partie un droit d’assemblée masculine pour associer aux forces guerrières les jeunes hommes.

Les hagiographies successives de saint Dié affirment que le monastère des Jointures a été rêvé par Déodat. Au-delà des hagiographies légendaires, le premier moine cité par les archives « Marcinam le noir » apparaît sous Pépin et n’a aucune fonction abbatiale. Aucun document prouve la réalisation royale, mis à part le terme « monasteriolum » qui apparaît dans la charte de Charlemagne du 13 janvier 769

Real Madrid Club de Fútbol Away RONALDO 7 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Away RONALDO 7 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Il s’agit du monastère Saint-Maurice. Les moines de Moyenmoutier y ont envoyé quelques-uns des leurs accomplir le vœu royal car Hydulphe est présenté symboliquement en continuateur de saint Dié. Tous les parchemins et documents administratifs ainsi que la plupart des hagiographies des saints fondateurs proviennent du scriptorium de l’abbaye de Moyenmoutier à partir du XIe siècle.

Vers 962, la domination ottonienne, rigoureusement conservatrice et châtiant les écarts au statu quo accepté, impose une transformation du lieu religieux en chapitre séculier de chanoines. En 964, le premier duc de Haute Lorraine, Frédéric Ier, chasse les derniers gros moines récalcitrants et confirme la nomination des chanoines, sortes de prêtres sécularisés orthodoxes réunis en assemblée collégiale sous la houlette d’un dignitaire de justice, qui prendra au XIIe siècle le titre de grand prévôt. Cette assemblée récupère la tâche de justice des saonnes. L’archevêque de Trèves continuateur de la tradition royale confirme à la collégiale et les privilèges d’immunité et l’exercice de la juridiction quasi épiscopale sur l’espace de l’ancien grand ban. Mais l’évêque Gérard de Toul veille scrupuleusement à ses droits épiscopaux et affirme son contrôle sur une part des biens temporels de l’ancien monastère. Il obtient de l’empereur Othon Ier le Grand en particulier la préservation des parts sur la production minière et surtout le droit de battre monnaie en 967 au nom des monastères de Saint-Maurice et de Moyenmoutier. L’évêque de Toul y maintient son dominium tout au long du XIe siècle alors que la collégiale gardienne de la châsse de saint Dié dès 1006 adopte progressivement le nom populaire du saint fondateur du ban.

Une légende voudrait que le futur Léon IX, Bruno de Dabo-Eguisheim, soit nommé, avant de devenir évêque de Toul, grand-prévôt du chapitre de Saint-Dié en 1026. Le pape qui connaît mieux Toul et Moyenmoutier a pu visiter le monastère après le concile de Mayence. Mais la famille du pape, celle des Dabo-Egisheim, a joué un rôle protecteur indéniable au point de donner plus tard une partie de son écu, les trois roses à la bande, au chapitre de Saint-Dié. Leon IX, souverain pontife place à la tête de la collégiale son frère Valrade, confirme et accroît avec l’appui de l’empereur souabe les privilèges du chapitre de la collégiale.

La collégiale, qui semble préserver l’antériorité ou l’acquis amoindris d’instances politiques autonomes, affirme toutefois son indépendance vis-à-vis de l’évêque de Toul, puisqu’elle verse un denier d’or symbolique au Siège apostolique. Mais a contrario le prévôt obéit au pouvoir hégémonique extérieur à l’ancien ban. Les premiers ducs de la maison de Lorraine, représentés au XIe siècle par les sires de Parroy, interviennent dans ce jeu politique en avoué et suzerain ; ils se substituent de plus en plus à l’évêque de Toul.

La puissante abbaye de Moyenmoutier a fermé les yeux sur la mainmise par son avoué, le duc de Lorraine ou ses représentants, des biens publics gérés à partir du petit monastère Saint-Maurice. En échange, elle semble avoir reçu hommes et terres pris sur le vieux ban démembré de Gondelbert, en particulier la face nord de l’Ormont de Hurbache au Ban-de-Sapt, et des droits sur Provenchères et ses dépendances. Il semble qu’en prenant sous protection le pèlerinage en dévotion à saint Dié, les moines de Saint-Maurice se soient enrichis et en partie émancipés de l’abbaye médianimonastérienne qui avait la tutelle, au point de vouloir changer de nom. Le duc et ses officiers se sont alors attribué momentanément sous le nom de Ban-le-Duc l’immense partie du ban Saint-Dié.

Mais des procès éclatent pour dénoncer la spoliation de l’entité territoriale bénéficiant d’immunités royales et de privilèges. Alors que la spoliation profitent plus à ces vassaux qu’à son duché, le duc Simon Ier en 1125 est contraint de reconnaître par acte les droits réciproques des seigneurs avoués et des chapitres. Les archives attestent la domination de la famille ducale entre 1135 et 1297. Plus que les derniers moines bénédictins chassés ou amoindris par la réforme canoniale, les chanoines et prêtres des paroisses de l’ancien ban Saint-Dié refuse le poids de cette mainmise, et, réactivant les assemblées chrétiennes du ban Saint-Dié, ils sont associés en une collégiale indépendante et dissidente vis-à-vis du pouvoir prévôtal, pour organiser au XIIe siècle la rébellion face à l’hégémonie ducale ou seigneuriale sur le bien public. Ils ont reconquis par tous moyens, excommunications, guerres féodales, achats, échanges, tractations, soutiens, alliances stratégiques… une grande partie du ban de leurs paroisses spoliées et repris le contrôle du monastère des Jointures, obtenant la reconnaissance du pouvoir ducal qui les intègre à sa grande collégiale. Ces défenseurs d’une identité civile sont au XIIe siècle, à l’origine de la réapparition du ban Saint-Dié. Au XIIIe siècle, la lignée ducale a préféré petit à petit tirer profit de ses terres, jouer l’association financière et mettre en valeur conjointement l’ensemble des bans, plutôt que de mettre sa prérogative guerrière reconnue unanimement à mal en s’évertuant à mater des guerres internes ou des révoltes éternellement renaissantes. D’où l’acception des terres autonomes de la Collégiale, qui, se préparant à une longue lutte, avait réussi à se maintenir directement sous l’autorité papale.

En 1266, une association de l’église collégiale de Galilée avec le duc de Lorraine Ferry III, légendaire protecteur des bourgeois, permet de fonder une ville basse. La première Saint-Dié correspond à la paroisse Sainte-Croix, c’est-à-dire dédié à la Sainte Croix, qui est fondée à partir de la ville haute déjà fortifiée sur son monticule. Les grandes et somptueuses maisons canoniales, ancienne résidence d’hiver des membres de la collégiale, s’y accolent au sud-ouest de la grande église en pierre dédiée à saint Maurice et à saint Dié, à côté du cloître en bois ou galileum. L’axe prépondérant de la ville basse est constitué par la grand rue unique où coule au milieu le Robache canalisé en droite ligne. Sa rive gauche qui jouxte le canal des moulins, capté en amont de la Meurthe à la grande vanne de pierre, reste au chapitre, les maisons à belles devantures et arcades saxonnes cachent le quartier des orfèvres, à côté de la ville haute des religieux. Le bas de la rive droite, hormis la ferme du chapitre sur ce qui est devenu la rue Cachée est reconnue possession ducale. Le duc détenteur du pouvoir suzerain y érige le château de la Cour dans le quart sud-ouest de la ville basse et l’entoure de riches jardins et de breuils. Les sujets lorrains rivalisant avec ceux du chapitre bâtissent une ligne de façade de hautes maisons à arcades donnant sur la grande rue.

Les fouilles archéologiques ont prouvé la continuité de cette minuscule ville composée encore de jardins et d’arrière-cours où les tinettes jouxtent des puits. La strate du XIIe siècle est constituée de galets de la Meurthe. La ville haute entourée de puissants remparts et de douves reste le domaine éminent du pouvoir de la collégiale. Les chanoines sont de puissants et riches personnages qui prêtent aux seigneurs ou religieux démunis.

La paroisse Saint-Martin est également fondée à la même époque au début du XIIIe siècle, son centre est une modeste chapelle Saint-Martin accolée à un hospice dédié à saint Dié proche d’un vieil enclos de maisons en forme ronde dont le cœur attire un marché organisé les mardis et les vendredis. Les habitants diront longtemps après au Vieux marché pour les activités profanes ou au vieil hospital pour les soins des pauvres. La modeste chapelle, promue église paroissiale jouxte le vieil hospital bien plus spacieux qui, placé à l’entrée du faubourg, loge aussi provisoirement les voyageurs et marchands malchanceux. L’hôpital du faubourg dirigé par un chanoine sous la surveillance de ses pairs contrôle différentes maladreries du val et surtout la proche léproserie de la Madeleine.

L’essor de la ville est rapide après l’érection de la muraille ceignant la ville basse en 1289 et elle atteint vite cinq cents habitants dont les plus fortunés obtiennent confirmation de leurs droits de bourgeoisie par charte en 1310. Mais le chapitre craint de perdre la sérénité de sa vie contemplative et prend prétexte d’un avortement en 1320 pour chasser la petite communauté juive implantée au XIIIe siècle par le duc. Le pouvoir ducal, lui aussi devenu antisémite, ne les soutient nullement. La centaine de Juifs qui constitue le cinquième de la population intra-muros a laissé en une cinquantaine d’années un cimetière traditionnel, que les montagnards ont longtemps respecté en aître pierreux et préservés sous l’appellation de la Vallée ou Basse des Juifs. En réalité, le pouvoir religieux ne fait qu’accentuer un déclin économique sensible dès le début du XIVe siècle. La population, même après avoir été renforcée par de nouvelles faveurs, reste longtemps en dessous de cinq cents habitants. La ville qui apparaît dans les manuscrits sous la forme ad sancto deodato n’a aucun pouvoir marchand, mais bénéficie d’un grand crédit et prestige religieux.

La peste noire survenant dans un monde subissant déjà une longue crise économique, ravage la contrée après 1349. Les villages d’Hellieule et de Fave disparaissent du ban Saint-Dié qui commence à être dénommé Val de Galilée. Car, au XIVe siècle une puissante collégiale se partage le temporel du Val de Galilée avec le duc de Lorraine. Après 1320, les chanoines, dont les premiers représentants à l’origine n’avait pas plus de richesse que de simples curés du ban réunis en association sous l’égide du pouvoir, cumulent prébendes et bénéfices et élisent dans une atmosphère solennelle une puissante administration avec un doyen, un sonrier, un écolâtre… Ils sont devenus des maîtres du droit et de la finance qui prêtent de l’argent aux autres religieux démunis ou aux paysans par l’intermédiaire des conseils de fabriques. Ils sont choisis parmi les plus riches et nobles familles de Lorraine. Le grand-prévôt représente la direction de la prestigieuse collégiale. Après 1350, ils se placent au service de la papauté d’Avignon et c’est une foule de camériers et de chapelains cardinalices qui trouve un tranquille refuge à Saint-Dié. Ces derniers religieux privilégiés, employant les méthodes de gestion avignonnaise, n’oublient pas d’accroître le patrimoine de la collégiale. Malgré les épidémies, la période brillante semble se continuer, mais elle est rapidement ternie par les guerres lorraines incessantes, le relâchement des mœurs dès 1371, les difficultés de la papauté de 1378 au concile de Constance en 1414-1418.

Pierre d’Ailly, auteur de l’image du monde ou Imago Mundi qui servit de référence aux voyages de Christophe Colomb, est un grand prévôt de Saint-Dié qui s’efforce de redresser la collégiale.

De 1426 à 1458, le Val et la ville sont occupés par les Badois en paiement de la dot de Catherine de Lorraine, fille du duc Charles II de Lorraine. L’époux, le margrave Jacques Ier de Bade, représentant l’autorité ducale réside avec son épouse Catherine au château de la Cour qu’ils transforment en un palais environné de jardins magnifiques ainsi des promenades sur les bords de la Meurthe. Gestionnaire pointilleux, il devient l’ennemi du chapitre, il le met au pas.

Lors de l’invasion bourguignonne du Téméraire en 1475, la collégiale joue la carte de la neutralité et ouvre ses portes aux envahisseurs. Le siège lorrain lors du retour de duc René en hiver 1476/1477 leur permet de changer de camp. La fin des guerres avec la Bourgogne laisse essentiellement épargner une riche collégiale, qui tire des revenus des vignes et des mines, des terres de cultures et d’élevage du Val de Galilée, des domaines et possessions en Chaumontois et en Alsace. Elle gère la rente foncière et accroît ses placements. Mais le riche chapitre qui n’oublie pour se dédouaner de sa frileuse défense de chanter les louanges du duc victorieux est désormais en prise avec l’état ducal naissant. Le duché de Lorraine, par la nomination et les préférences administratives, a tôt fait de contrôler les derniers représentants d’une lointaine indépendance capitulaire.

Albert Ronsin, bibliophile et historien du livre, aimait reprendre l’idée formulée par Gaston Save qu’une assemblée savante nommée Gymnase vosgien réunie autour du riche chanoine Vautrin Lud, procureur général des mines de Lorraine, s’était penchée sur la description de la Terre. Le mécène Lud a permis au moins un long colloque en 1507, où son propre neveu Nicolas Lud, le cartographe allemand Martin Waldseemüller, le professeur et humaniste alsacien Mathias Ringmann et le latiniste Jean Basin décidèrent de partager les tâches éditoriales d’une série de cartes de la Terre. Dans une ligne du livret de présentation, Cosmographiae Introductio le mot « america » apparaît — en hommage à une copie d’une description minutieuse du navigateur florentin, passé au service des Espagnols après le désaveu du découvreur et vice-roi des Indes occidentales Christophe Colomb, proche des milieux de la curie romaine, Amerigo Vespucci — pour désigner le continent découvert. Des séries de cartes du nouveau monde ou novus mondus qui mentionnent le terme America sont imprimés dans les ateliers rhénans. À la Belle Époque, la Société philomatique vosgienne, qui avait amassé une documentation depuis 1880 et avancé une explication érudite de cette initiative, proposait que la ville prenne le surnom de « Marraine de l’Amérique ». L’ambassadeur américain acquiesça et des fêtes franco-américaines furent organisées en 1911.

Au XVIe siècle, l’essor des mines d’argent enrichit la collégiale et permit à des nombreux villages fournissant des matériaux ou accueillant de la main-d’œuvre de prospérer. Signe des troubles annonciateurs de la fin du siècle, un détachement des troupes impériales quittant le siège de Metz où a échoué l’armée du vieux Charles Quint assiège en janvier 1553 Saint-Dié. Les habitants et bourgeois réfugiés derrière leurs murailles suivent les injonctions défensives du capitaine ducal Jacques de Reynette. La résistance ferme malgré les atermoiements du vénérable chapitre pacifique bénéficie du harcèlement haineux des populations montagnardes qui force les bandes de soudaires à déguerpir non sans avoir préalablement pillé par dépit les alentours. La chevauchée d’Austrasie permet en 1555 au roi de France Henri II de saisir les trois évêchés de Lorraine afin d’assurer une protection du Grand Royaume face à une agression impériale. Après cette date, la conjoncture économique est maussade. Le déclin de l’activité minière, puis après 1590, un refroidissement climatique brutal paralyse l’économie paysanne. Le conseil souverain de Lorraine sous Charles IV donne satisfaction aux bourgeois réclamant l’établissement d’un conseil de ville. Son ordonnance de 1628 établit dans les règles une chambre de ville : « Les bourgeois de Saint-Dié éliront à la pluralité des voix huit d’entre eux, de trois en trois ans, au jour du mercredi gras. Ces élus devront délibérer sur ce qui concerne le bien et le profit de la communauté de Saint-Dié ; mais à ces délibérations seront présents le prévôt du duc et le sonrier ou chef de police, de tout temps nommé par le chapitre. Ledit conseil se tiendra en l’hôtel de ville, et les vénérables auront la correction de leurs sujets y délinquants et prendront les amendes et autres émoluments de haute

United States Home DISKERUD 10 Jerseys

United States Home DISKERUD 10 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, moyenne et basse justice, pour fautes et crimes par eux y commis. Mais cette juridiction ne s’étendra pas hors de la ville et du faubourg, non pas même pour chose communale. »

L’administration de Charles IV qui réforme ensuite son administration de justice dans le cadre d’un bailliage créé à Saint-Dié vise par cette émancipation tardive des sujets du chapitre à affaiblir et limiter la juridiction du pouvoir temporel des chanoines. Mais la guerre survient brutalement en 1633. Saint-Dié impuissante est dévastée. La guerre de Trente Ans, amenant son cortège de soldatesques et d’épidémies, ravage partout les lieux de passage communs. Les Français, alliés aux Suédois, écument le pays de la montagne en 1633 et en 1639.

Le peuplement au niveau d’avant-guerre fut seulement atteint au début du XVIIIe siècle. Durant tout ce temps, la ville intra-muros n’avait que très peu progressé. Longtemps, la paroisse Sainte-Croix n’a pas dépassé mille habitants et parfois l’ensemble des hameaux voisins avec la paroisse Saint-Martin ou quelques gros villages des environs peuvent rivaliser avec son activité économique. Aucune paroisse ne peut rivaliser avec la richesse foncière et financière de la ville haute. L’unique grand’rue accueille des marchands de villes voisines qui résident quelques décennies, puis repartent. Au XVIe siècle, le dépôt du viandier est encore une succursale d’un marchand de Bruyères, mieux placée sur la route des vins. À la fin du XVIIe siècle, la paroisse s’approche du seuil des mille habitants et le dépasse au XVIIIe siècle avec le déclin du pouvoir lorrain. Saint-Dié restait avant tout une ville de prestige religieux pour les Lorrains. Après les dévastations de la guerre de Trente Ans dans les années 1640

Seattle Sounders FC Home PAPPA 10 Jerseys

Seattle Sounders FC Home PAPPA 10 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, les Capucins s’installent dans l’ancien château de la Cour en ruine et développent la partie de la ville ducale, en partie abandonnée.

Très tôt, avant le XVIIIe siècle, les troupes françaises ont apprécié cette minuscule ville de montagne entre Alsace et plaine lorraine. En 1670, les troupes françaises chassent le vieux Charles IV. Louis XIV crée un procureur du roi près du conseil de ville, nomme un maire royal et tente d’affilier complètement le chapitre à l’évêque de Toul. Se souciant comme d’une guigne des réformes administratives, les militaires s’y reposent en paix, bénéficient des eaux curatives du Petit-Saint-Dié, plongent en été dans la Meurthe ou la Fave, s’ébattent en jolie compagnie dans les vertes collines sous Saint-Roch, le Kemberg ou l’Ormont et s’évertuent à trouver bon pain et victuailles dans la ville basse. Leurs officiers se méfient plutôt des villes marchandes lorraines et apprécient l’écrin montagnard de Saint-Dié et ses lieux de pèlerinage. Ils protègent en réalité une place de transit et de cantonnement provisoire, mais ils doivent la rendre, ainsi que l’ensemble morcelé des terres lorraines, au duc de Lorraine en titre, Léopold, neveu de l’empereur d’Autriche, après le traité de Ryswick en 1697.

Pendant les longues périodes d’occupation de la Lorraine, les militaires français ont pourtant construit ou fait construire des routes stratégiques, qui relient le Barrois à l’Alsace. En particulier, élaborée entre 1680 et 1695, une route remonte la vallée de la Liepvre, franchit le col de Sainte-Marie, rejoint Saint-Dié en ligne directe et gagne Rambervillers, ville messine et en conséquence française, par le col du Haut du Bois. En fin de service, les anciens militaires français, souvent de lointaines ou diverses origines européennes, épousent des filles du lieu et s’installent en petits groupes dans la Saint-Dié occupée ou lorraine. Saint-Dié entame une croissance de longue durée, corrélée à l’essor et la fréquentation des routes.

Au début du XVIIIe siècle, les militaires français préservent les droits de passage liés aux enclaves des évêchés, contrôlent toujours leurs voies stratégiques tout en étant forcés de les ouvrir à la circulation lorraine. Mais l’administration du duché n’est point pointilleuse et se contente de relier Saint-Dié à Lunéville tout en incitant à l’amélioration du chevelu des chemins vicinaux. Abandonnant les prérogatives militaires, elle est d’abord soucieuse de mettre en valeur le duché. Afin d’accroître à long terme ses recettes, il faut d’abord, au plus vite, repeupler les contrées désertées en instaurant franchises et exemptions momentanées de divers taxes, impôts ou droits. Le chapitre de Saint-Dié aux pouvoirs moribonds s’efforce malgré l’hostilité diplomatique incessante de Louis XIV de convaincre les autorités papales de transformer la collégiale en évêché pour se soustraire à l’autorité grandissante de Toul.

Les Français reviennent après l’achat de la Lorraine en 1734 et choisissent un administrateur des Eaux et forêts d’origine lorraine, Florent-Joseph III Bazelaire de Lesseux (1710-1770), à la fois fils et époux de deux baronnes du Saint Empire et bailli royal au bailliage de Saint-Dié depuis juin 1751, pour administrer la subdélégation créée en cette ville. Ils transforment petit-à-petit la ville en la dotant d’administration et de justice plus vaste.

En 1757, après une longue période chaude et sèche, la ville est la proie des flammes. Cent-seize maisons sont détruites le , puis huit autres disparaissent encore le . Si les autorités françaises laissent l’ancien roi de Pologne et duc de Lorraine, Stanislas Leszczinski, beau-père de Louis XV, jouer les mécènes avec une donation de 100 000 francs pour reconstruire les façades, l’arrêt du conseil ducal lève en Lorraine une rude imposition spéciale de 100 000 livres. La reconstruction se fait en pierre et en grand, entre 1758 et 1761. L’administration impose de longues corvées de charrois aux paysans de la subdélégation, ainsi qu’un droit spécial sur le bois d’œuvre. Une fois acceptés les nouveaux plans d’urbanisme, la reconstruction de la ville est confiée à un triumvirat : Jean-Jacques Baligand (1697-1762), ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées de Lorraine et Barrois depuis 1750, le jeune Jean-Michel Carbonnar l’Aîné, architecte, inspecteur et directeur des travaux et ouvrages du Roi à Saint-Dié, et Jean-François Malbert, sous-ingénieur des Ponts-et-Chaussées en Lorraine et Barrois, lesquels travaillent sous la houlette du subdélégué Bazelaire. Ce dernier fait montre du plus grand zèle dans les négociations qu’il conduit avec les autorités locales et la population; il mérite les félicitations du chancelier Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière (1697-1783). Le triumvirat supprime le vieux marché cantonné près de Saint-Martin et le transfère au moyen d’un pont sur la grande rue. Il crée l’axe actuel des rues Dauphine et Stanislas, qui croise la grand’rue, y plaçant à l’angle nord-ouest un flamboyant hôtel de ville à côté d’un théâtre, et il supprime les ruisseaux pas encore canalisés ou bien les canalise. Les métiers du feu sont placés d’autorité au faubourg Saint-Éloi. On développe les facilités de circulation et même de nettoyage des rues pavées par simple déviation des eaux de canaux en amont. Très avancés en 1761, les travaux sont achevés en 1771. La ville est digne d’accueillir la noblesse de robe et les administrations d’État. Saint-Dié, lieu de vie policée mais aussi lieu de refuge des sinistrés climatiques de la rude montagne, compte vite 6 000 habitants et peut en envisager 10 000 à la fin du siècle avec le progrès des manufactures et des activités du travail du fer.

À la mort de Stanislas, en 1766, la Lorraine, en vertu de l’accord prévu lors de la cession du duché, est réunie à la France. Le conseil de ville de Saint-Dié élève un monument public à la gloire de Stanislas, beau-père du roi. Les Français sont maîtres du pays depuis longtemps et songent à redécouper la carte des diocèses et à évincer définitivement la collégiale de Saint-Dié. Ils rognent sur celui de Toul pour installer après 1776, un siège épiscopal à Saint-Dié. Le roi de France crée ainsi le quatrième évêché lorrain, après Toul, Metz et Verdun.

À la Révolution, Saint-Dié est une ville proprette. Elle possède une noblesse de robe soucieuse de ses intérêts et devient chef-lieu d’un district dont dépendent neuf cantons : Saint-Dié, Raon-L’Étape, La Voivre, Étival, Saâles, Bertrimoutier, Laveline, Fraize et Saint-Léonard. Ce périmètre s’agrandit avec l’apport de la principauté de Salm-Salm annexée en 1793, qui se scinde pour participer à la formation de deux cantons vosgiens, en s’amalgamant avec des communes vosgiennes et surtout alsaciennes, le canton de Senones et le canton de La Broque.

Les hommes et les femmes des ordres religieux, dont une majorité, en dehors des privilégiés, apportait une aide à la population la plus démunie sont priés d’évacuer les bâtiments religieux nationalisés. Ils sont dédommagés, à titre individuel, en partie pour les biens meubles et immeubles saisis. Après 1793, s’ils persistent dans la foi catholique, ils sont pourchassés. En pleine déchristianisation, le culte de la Raison est proclamée et le culte chrétien est interdit : l’évêque Chaumont s’enfuit de son somptueux palais et de ses beaux jardins épiscopaux dans la nuit, quelques chanoines ou prêtres réfractaires, qui n’ont ni voulu émigrer, ni prêter serment sur la Constitution, trouvent refuges chez des amis ou parents, et se cachent pour pratiquer le culte.

En 1793, sous la Terreur, suivant le décret de la Convention. Le conseil décrète l’appellation communale invoquant sa montagne la plus haute Ormont. La silhouette de l’Ormont remplace pendant quelque temps la croix de Lorraine sur le blason de la ville. Les Capucins, ordre caractéristique des villes pauvres, chassés, perdent leurs emprises foncières, en particulier l’ancien château de la Cour, ses maisons et les vastes jardins à l’occident de la Grand’rue, qui rejoignent les biens nationaux et sont vendus. Une partie des bâtiments religieux est achetée par l’industriel réformé originaire de Mulhouse Sébastien Lehr, qui installe une fabrique de tissus.

Les autres sanctuaires, comme la petite église, les chapelles voisines de la ville, sont en partie désaffecté. Les possessions ecclésiastiques déclarées biens nationaux sont vendues à d’autres bourgeois, qui, faute d’investir, compte spéculer sur les biens fonciers, mais l’aggravation de la crise économique, la famine menaçant la population urbaine, l’inflation monétaire entraînent des désordres et des révoltes. La contagion gagne les campagnes. Partout, des biens mobiliers, dont les objets sacrés, calices, ostensoirs, baptistères précieux sont dérobés ou vendus. Le cloître est transformé en prison, car les arrestations des pillards et des opposants politiques ou anciens dignitaires, susceptibles d’avoir attisé la vindicte populaire se poursuivent. Riches et pauvres de l’Ancien régime se retrouvent pêle-mêle en prison, hâtivement aménagé dans un lieu fermé, le cloître de la cathédrale. La guillotine fonctionne dans les grandes villes lorraines.

La petite église débarrassée de ses couches d’ex-voto est transformée en hangar à fourrage. Les symboles de l’Ancien régime sont bannis, les archives administratives et religieuses entassées dans des conditions effroyables qui ne sont pas emmenés à Epinal sont confiés à l’archiviste Gravier qui, après avoir minutieusement collecté des éléments d’histoire susceptibles d’être préservé, en vend plus tard une partie comme vieux papier et en brûle les parties les plus dégradées. La bibliothèque de l’évêque est préservée. Au terme de cette furieuse époque, il reste douze mille volumes préservés dans les réserves.

Si la taille, la corvée et la redevance ont disparu et la propriété est devenue sacrée, les levées d’impôts exceptionnels de guerre se succèdent alors que la monnaie à la valeur imposée perd progressivement toute fonction économique. Les réquisitions en nature accablent les populations rurales, les anciens métiers reçoivent des quotas d’exécution et les nouveaux pouvoirs municipaux des listes de fournitures à l’usage des militaires. Partout, des cloches sont fondues pour couler des canons.

La nouvelle commune de Saint-Dié est devenu une grande commune forestière. Mais elle décline par rapport à Épinal, qui monopolise pouvoir et institutions départementales. L’évêché de Saint-Dié est supprimé en l’an X.

La nouvelle commune de Saint-Dié, est toutefois reprise en main par une bourgeoisie possédante proche de la petite noblesse de robe, soucieuse d’ordre. Elle a déjà confisqué les belles forêts et les sources les plus importantes lors des délimitations communales. Elle a entravé l’émancipation légitime des petites communes limitrophes, ainsi Les Trois Villes, Robache et même Grattain sont annexés. Saint-Dié est devenu une grande commune forestière.

Plus que par ces premiers brillants faits d’armes, immédiatement suivis de pillages éhontés et d’enrichissement colossal en Italie, c’est par un coup de génie politique que le général dictateur Buonaparte devient un homme politique de premier plan, le Concordat, autrement dit la restauration solide du culte catholique après un accord avec le pape. Un espoir touche les chrétiens qui tentent une entente avec l’ordre public, cette réconciliation satisfait surtout les possédants qui souhaite un régime d’ordre stable. Par cet apaisement social, le retour des exilés est possible.

L’arrondissement de Saint-Dié est créé en 1800, prenant la place de l’ancien district. Ses cent neuf communes forment dix-neuf cantons : Brouvelieures, Nompatelize, Raon-L’Étape, Allarmont, Senones, La Broque, Plaine, Rothau, Le Puid, Hurbache, Saâles, Bertrimoutier, Laveline, Fraize, Gérardmer, Granges, Corcieux, Saint-Léonard et Saint-Dié.

Avant le début de l’Empire, en 1804, une accablante ignorance de la jeune population se constate. Fait presqu’inaperçu sous la Révolution, l’accaparement du budget d’église supprimait les rentes pour les écoles, en particulier leur entretien et parfois leur fonctionnement. La ville entreprend de créer le collège et participe modestement à un nouvel essor scolaire.

Après la retraite de Russie en 1812 et la défaite de Leipzig en 1813, les troupes alliées entrent en France, la ville se livre après quelques escarmouches d’unités de hussards au sommet du Concours, plateau de Dijon au-dessus de l’actuel hôpital. Les chevaux sont découpés et pêle-mêle mis en terre dans la proche vallée de Varcosée, à côté du battant de la taillanderie qui a fourni les outils de découpe. Une quinzaine de militaires détuniqués sont enterrés sur le champ du combat, boisé quelques années après par des alignements de marronniers. En 1815, le département des Vosges est durement rançonné après la bataille de Waterloo.

Les hospices et l’hôpital de Saint-Dié sont tenus par les sœurs religieuses de l’ordre de Saint-Charles. La ville retrouve un prestige oublié avec le rétablissement de l’évêché de Saint-Dié en 1824. Un grand séminaire s’installe à la Richardville.

Sous la Restauration la bourgeoisie vit de ses propriétés foncières. Elle s’allie avec des marchands de bois, des hauts fonctionnaires du royaume, et bien plus rarement, avec des membres des professions libérales et des notables ruraux. Mais déjà, le déclin des notables en place s’esquisse. Les artisans du métal, les marchands et fabricants de toiles protestants, les entrepreneurs d’atelier rassemblent une population industrieuse dont le pouvoir progresse.

Signe de cette mutation, alors qu’une communauté réformée se forme après 1826, une déchristianisation catholique s’amorce insensiblement. La petite ville provinciale est toutefois chahutée par d’anciens militaires démobilisés de l’armée napoléonienne, souvent de haut rang, par exemple les amis du maire de 1829, le général Guye. Les vieux débris hantent aussi les campagnes et amplifient la légende napoléonienne.

En ville, l’industrie et les manufactures s’y développent. Les cotonnades tissées et teintes de Saint-Dié, en particulier apportées par le savoir-faire de la famille Lehr après la Révolution, commencent à gagner une notoriété lorraine qui ne se dément pas au cours du siècle. La monarchie de Juillet poursuit les efforts de mise en valeur des routes. En 1837, un marquage net entre ville intra-muros et campagne apparaît avec l’instauration d’un octroi.

Entre 1830 et 1840, une intense activité économique commence d’animer les communes rurales. Elles doublent parfois leur population, construisent ou reconstruisent mairie, école et église. Celles qui montrent la plus grande vitalité contribuent à former une nouvelle paroisse. Avec l’école et l’instituteur, sous le contrôle du prêtre ou de religieux, l’alphabétisation progresse très rapidement. Il a pu être montré que le petit pays natal de Jules Ferry a peu profité de ses lois sur l’école gratuite, laïque et obligatoire.

Autour des années 1850, après une longue crise d’adaptation, une bascule rapide permet au monde industriel en croissance d’absorber les migrants paysans des hameaux voisins. Le dynamisme industriel, ailleurs enclenché dès 1830, permet un essor des campagnes, les gros cultivateurs et éleveurs, fermiers ou propriétaires, s’enrichissent. Fonderies, ateliers de ferronnerie et de chaudronnerie, tuilerie et briqueterie, toutes entreprises liées aux anciens métiers du feu d’autrefois, renforcent petit à petit leurs activités. La ville fabrique des toiles de cotons, des siamoises, des mouchoirs, mais aussi de fers, de planches de sapins, de papiers, de potasse. Elle possède deux blanchisseries. Le marché agricole écoule de grandes quantités de grains, du lin et du chanvre, de nombreux bestiaux et de la quincaillerie. La ville administrative et bourgeoise contrôle les forêts, les carrières et les dernières mines de fer et de cuivre sur son arrondissement.

L’arrivée du chemin de fer en novembre 1864 à partir de la grande ville marchande de la vallée de Meurthe, Lunéville, permet de maintenir la croissance, malgré la guerre de Sécession. L’éclairage au gaz illumine le centre de la petite ville en 1865. Le recensement impérial de la population compte 10230 habitants, dont 80 %, soit 8045, se regroupent dans l’agglomération.

Un véritable organe de presse pour l’arrondissement, la Gazette vosgienne, naît en 1869 de la rencontre de personnalités locales, parmi lesquelles Georges Freisz, éditeur et imprimeur et Henry Bardy, pharmacien féru de culture et d’histoire. Les transports ferroviaires accroissent les échanges et imposent des contraintes horaires et techniques lors que le flottage du bois décline.

La guerre franco-allemande de 1870 ouvre une période sombre. D’abord un flot de réfugiés alsaciens dont le désarroi surprend les habitants pacifiques s’accroît dès le début des hostilités estivales. Le temps pluvieux marque ensuite les esprits alors que la désorganisation impériale transparaît. La ville est occupée le par l’armée badoise après la bataille de Nompatelize remportée la veille. Ainsi ses habitants qui paient le coût de la guerre se voient soumis à une première litanie d’amendes et de réquisitions. Pire, de décembre à janvier 1871, l’épidémie de variole au summum entraîne jusqu’à six décès par jour.

Saint-Dié dont l’arrondissement est amputé de la vallée de la Bruche par le traité de Francfort signé le 10 mai 1871 réagit au marasme économique. Diverses troupes allemandes occupent la ville jusqu’au et ébauchent déjà une planification des terrains militaires. Le retour à la France, inaugurée par des chasseurs à pied sautant du train venant de Lunéville suscitent une liesse populaire spontanée qui provoque une crainte infondée auprès des autorités. La ville chef-lieu redéploie lentement son administration et ses services. Ses citoyens prennent foules d’initiatives privées. Les autorités françaises, militaristes, laissent cette réaction sous surveillance. Elles permettent la création d’une société savante, en l’occurrence la Société philomatique vosgienne.

L’immobilier est réactivé jusqu’en 1885. Les industriels trouvent des débouchés à leurs cotonnades et leurs produits sidérurgiques.

La ville dotée d’un tribunal de première instance, d’une chambre consultative des arts et manufactures, d’une inspection forestière, d’un collège communal et d’un évêché parvient pratiquement à doubler de taille entre 1860 et 1885. La ville peut envisager de franchir 20 000 habitants avant la Belle Époque . Une fabrique d’aéroplanes nommée Avia s’installe rue d’Alsace au début du XXe siècle, profitant du savoir-faire en menuiserie industrielle et en transmission métallique.

Les combats de la Chipotte et la bataille du Grand Couronné arrêtent l’avance allemande. Saint-Dié est envahie du 26 août au 11 septembre 1914. Au pied de la ville le 4 août, les troupes allemandes n’en réalisent la conquête totale que le 27 août. Les nouveaux occupants subissent une résistance locale improvisée et, excédés, fusillent plusieurs habitants rue d’Alsace. Le 28 août, le général von Knoezer exige une contribution de 39 000 francs aux édiles de la Ville.

Une fois en place, la Landwehr est incapable de tenir ce « trou de la mort » alors que l’artillerie française occupe les premiers contreforts de La Madeleine et du Kemberg et que les chasseurs alpins franchissent en aval la Meurthe et menacent de courir à revers sur l’Ormont et d’encercler ainsi les occupants de Saint-Dié. Pour parer la contre-attaque des Tiges le 10 septembre, les Allemands incendient une partie des rues de La Bolle et de la Ménantille. Les Allemands choisissent de reculer bien à propos et brisent l’offensive française qui ne peut à son tour tenir la ville et la vallée. En réalité, le commandement allemand ordonne, fin 1914, le retrait de leurs troupes sur des positions sûres, de préférence en hauteur. Les troupes françaises peuvent de nouveau avancer.

La ligne de front reste quasiment la même jusqu’à l’armistice le 11 novembre 1918. Saint-Dié est au cœur de la tourmente à la fin de l’été 1914 et reste la première petite ville à proximité des zones de combats de la Fontenelle et du Spitzemberg en 1915. Elle subit de nombreux bombardements par les gros canons placés sur les cols, en particulier le col de Sainte-Marie ainsi que par des attaques aériennes à la fin de la guerre. Cette commune sinistrée reçoit la Croix de guerre de la part du président Raymond Poincaré. La nécropole nationale des Tiges, adossée au massif du Kemberg, témoigne de la violence des combats menés aux abords mêmes de la ville lors de la bataille de la Haute Meurthe.

Malgré les quelques années de retour de la croissance économique, au milieu des années 1920, la petite ville qui vit au rythme des filatures et tissages de coton, des fonderies et des constructions mécaniques ainsi que de la fabrique de grillage métallique, ne parvient pas à enrayer son déclin.

Les cours du coton américain s’enflamment. Ceux incertains du charbon, indicateur du coût de l’énergie, jouent au yo-yo. La réduction de la demande et l’arrivée de concurrents sur le marché français, notamment alsacien, provoquent une grave récession textile en 1920 et en 1921. À partir de 1924, une reprise économique s’esquisse. L’embellie est réelle dans la sidérurgie et les métiers de la fonderie qui bénéficient de la forte demande des transports, en particulier automobiles.

À Saint-Dié comme en Lorraine, une économie de services et de loisirs prend consistance après-guerre. À part quelques branches spécialisées, l’industrie locale ne peut suivre cette évolution. Mis à part les banques et les travaux publics, les petites entreprises et les artisans répondent mieux à cette demande, en particulier dans le bâtiment, la mode ou les diverses transformations agricoles qui prospèrent avec la paix.

Les contrastes sociaux s’accusent avec une vigueur renouvelée alors que l’État s’essaie à la protection sociale. L’État renouvelle son apport à l’aménagement avec les cimetières militaires, notamment le cimetière militaire des Tiges, les services des régions libérés ou le génie rural.

L’extension des loisirs, notamment la pêche ou la chasse, provoque par les applications de décrets préfectoraux qu’elle avait motivés depuis le début du siècle, la destruction ou le maintien artificiel d’espèces.

En 1936, la ville compte 2786 maisons, occupée par 6084 ménages. Il y a selon le recensement 19 964 individus français et 351 étrangers.

La ville est occupée par l’armée allemande à partir du et fera partie, avec l’ensemble de la Lorraine, de la zone planifiée en recolonisation allemande à terme.

Le secteur de la montagne fin 1944 a été le dernier bastion du régime pétainiste. Les hôtels de Saint-Dié et des maisons sont réquisitionnés. Radio Paris essaie d’émettre ses dernières émissions depuis une antenne installée au sommet de Saint-Roch.

Déportations et exécutions se généralisent à la moindre incartade. Ce qui n’empêche nullement des combattants de l’ombre de laisser dérailler un convoi ferroviaire de chars arrivant en roue libre sous le pont de Foucharupt le 9 septembre avant 17 h, amputant une dizaine de chars lourds allemands, renfort destiné à la bataille de Dompaire.

Les Allemands ne veulent pas céder les premières hauteurs du massif.Ils prennent position sur les hauteurs et réquisitionnent les populations pour leurs travaux.

Après la libération d’Épinal, les troupes américaines progressent plus difficilement. En particulier dans la montagne, comme en témoigne la bataille de Bruyères et l’approche difficile des troupes américaines pataugeant dans la Meurthe en aval de Saint-Dié, constamment pilonnées par l’artillerie allemande.

La stratégie allemande de terre brûlée et de déportation systématique des populations civiles a commencé à Champs le 16 septembre 1944. Elle se poursuit dans la plupart des localités de la montagne et Saint-Dié ne fait pas exception.

La rive droite de la ville est partiellement incendiée et dynamitée à partir du 13 novembre 1944 par les troupes slaves engagées de force dans la Wehrmacht. Le 4 novembre, une cinquantaine de Déodatiens affamés et sortis de leurs caves prélèvent de la viande sur des chevaux morts. Les soldats allemands les mitraillent à l’aveugle et font six morts et deux blessés. Le 8 novembre l’autorité militaire déporte 943 hommes de seize à quarante-cinq ans, ils sont dirigés vers Mannheim. Le 9 novembre, à 7 heures du matin, l’évacuation de la partie septentrionale de la ville est ordonnée. Du 9 au 12 novembre, la zone évacuée est pillée, des camions chargés partent nuit et jour vers l’Allemagne. Machines à vapeur, turbines hydrauliques, transformateurs et installations ferroviaires, en particulier les aiguillages, sont détruits. Le 13 novembre, les premiers incendiaires se mettent à l’œuvre, au début maison par maison, puis ils font sauter quelques gros immeubles. Le 16 novembre, les lance-flammes de la section du commandant Schwenker brûlent les maisons déodatiennes vides. Dans la nuit du 16 au 17 novembre, les quatre ponts sur la Meurthe, ainsi que trois ponts de chemin de fer et trois passerelles, sont détruits alors que la troupe commence à quitter la ville. Le 18 novembre, quelques sections de soldats allemands reviennent par surprise dans les ruines et fusillent dix hommes et jeunes gens.

Plus de 2 000 immeubles, parmi lesquels les principales maisons et monuments historiques, sont totalement sinistrés. Les bâtiments publics dévastés sont la sous-préfecture, la mairie avec le musée et le théâtre attenant, deux collèges, sept écoles (sur dix), le bureau du cadastre, le tribunal civil, le tribunal de commerce, la chambre de commerce, les hôpitaux et les hospices de vieillards, l’orphelinat… Contrairement à une légende, les terrifiantes destructions allemandes ne sont pas les seules et n’en représentent qu’un tiers. Les historiens estiment que le long et intense bombardement américain, qui a causé vingt-huit victimes civiles, a eu auparavant un semblable effet destructeur. Enfin, les propriétaires, soucieux de percevoir des dommages, obéissent aux architectes, qui influencent l’autorité des ponts et chaussées, provisoirement responsable de l’urbanisme, à faire raser par mesure de sécurité ce qui reste, en particulier des pans de murs intacts, qui auraient pu accueillir des abris précaires ou se reconstruire plus facilement.

Une note des autorités municipales rappelle les événements et la vie des sinistrés de ce triste mois de novembre pluvieux et neigeux. Elles comptent 10 585 sinistrés totaux (appartenant à 4 224 familles) et 1200 sinistrés partiels sur les 15 000 habitants restants. Quarante industriels et quatre cent commerces sont aussi déclarés sinistrés. Outre les 249 jeunes requis pour l’Allemagne, les habitants restent sans nouvelles des 164 déportés politiques et des 943 derniers déportés. La vie urbaine est redevenue primitive, l’eau et l’électricité ne sont pas rétablies, les chemins de fer coupés et les ponts inexistants, les routes défoncés par les chenilles des chars et autres véhicules militaires, un ravitaillement par le génie militaire se met en place tant bien que mal.

La reconstruction tarde dans un pays qui sombre économiquement au plus bas en 1947. Le théoricien et architecte Le Corbusier, nommé conseil auprès de l’architecte en chef Jacques André, propose un projet au ministre de la Reconstruction Raoul Dautry : une cité jardin assemblage de grandes tours au centre de la vallée et des maisons de loisirs parsemées aux abords des collines. Mais la pénurie de matériel et de fonds entrave l’amorce de cette réalisation modèle dont le plan d’ailleurs tarde du fait des desaccords entre architectes et/ou fonctionnaires. Différentes associations de sinistrés ou assemblées de propriétaires et d’habitants s’offusquent et finissent par se rassembler autour du plan simple et pratique, conciliant avec les propriétaires car en grande partie restaurateur de l’ancien plan cadastral urbain, de l’architecte en chef départemental Georges Michau, secondé par Paul Résal. Le 31 janvier 1946, le conseil municipal adopte sans appel un projet d’un fonctionnaire du ministère, inspiré par la proposition Michau.

En 1946, le ciment est rare et les soubassements des logements provisoires ne peuvent être réalisés qu’en bois. Début 1952, la rue Thiers n’est encore qu’amas de pierres. La lente reconstruction du cœur de la ville commence. Fin 1952, la rue Dauphine commence à renaître et une première maison apparaît rue Thiers. Quelques rares habitants peuvent réintégrer le centre en reconstruction, mais l’immense majorité des habitants qui n’ont pas quitté la ville vivent en baraques. Le camp de la Vaxenaire ouvert en 1944 et qui commence à se vider à partir de 1956 était un des plus grands camps boueux. Les hauteurs de la Vigne Henry couvertes de baraques en bois aux planches disjointes, sans réseau d’eau, ni électricité, ressemblent en 1948 à un vaste bidonville que de nombreux habitants essaient de quitter souvent en vain. C’est la réalité quotidienne de la plupart des gens de Saint-Dié.

En 1954, la statue de Jules Ferry est replacée devant la cathédrale, annonçant la fin de la réfection en pierre de la rue Thiers. Toutefois, la reconstruction n’est pas achevée et beaucoup de maisons ne seront jamais reconstruites. Symbole de ce retard et du vide laissée, la partie de la vieille ville haute, comprenant l’ensemble cathédrale et le palais épiscopal, est réaménagé jusqu’au milieu des années 1970. Si des fermes privées sont reconstruites dès 1948 et les grands camps ou les alignements de baraques des quais sont déjà démantelés au début des années soixante, beaucoup d’habitants ne reconstruiront jamais leurs maisons d’avant-guerre. Il existe encore des baraques discrètes en périphérie de la ville.

Au sortir de la guerre et des crises économiques qui la suivent, Saint-Dié est une ville meurtrie. Le retard économique de vingt années n’a jamais été rattrapé.

Les historiens possèdent, parmi d’autres documents, une multitude de clichés photographiques sur le vieux Saint-Dié et ses environs. Ces deux types de paysages ont été éradiqués par les destructions immobilières massives de la fin 1944, et par l’abandon progressif des cultures et de l’élevage, souvent hâtés par la rurbanisation. Le cœur de la ville, autrefois lieu d’une culture urbaine populaire, a également été transformé.

Share This:

How the X Games Work

no comment

There was a time when baseball, football and basketball were top sports with kids. But today’s teens were raised on MTV and the Internet, and they don’t always have the patience to sit through four quarters or nine innings. They want action. They want speed. They want extreme sports.
By the early 1990s, some Gen X and Y’ers had started tuning out of traditional sporting events and turning their attention to the skate parks and ski slopes instead, where mavericks like Tony Hawk and Shaun Palmer were taking sports to the edge. At the sports cable network ESPN, a programming executive named Ron Semiao took notice of this shift. In 1993, he envisioned a new televised sporting event — a sort of Olympics on speed. It would feature extreme sports like inline skating, street luge and skateboarding. Athletes would jump

Billige Japan Skjorte

2015-16 Japan Menn Komfortabel Vinter Fotball Skjorte Blå

BUY NOW

NKR2,051.990
NKR271.990

, flip and spin, trying to outdo each other with faster and more outrageous tricks.
On June 24, 1995

Billige Adidas Armband

2015-16 Adidas Man Gave Fotball Armband Orange

BUY NOW

NKR290.990
NKR84.990

, the first Extreme Games (the name was changed to the X Games the following year) got into action in front of nearly 200,000 spectators in Middletown, R.I. The four-day festival featured 27 events in nine categories, including bungee jumping, eco-challenge, mountain biking and sky surfing. At first, not everyone took the idea seriously. One USA Today columnist wrote, “If you strap your best friend to the hood of a ’72 Ford Falcon, drive it over a cliff, juggle three babies and a chain saw on the way down and land safely while performing a handstand, they’ll tape it, show it and call it a new sport” [source: Pickert].
It was Semiao who had the last laugh, though. The X Games moved swiftly into the mainstream, generating interest from multimillion-dollar sponsors like Mountain Dew, Saturn and Taco Bell. The extreme sporting event became so popular that ESPN launched the Winter X Games in 1997, adding sports like snowboarding and snowmobiling. By 2002, the X Games had attracted a television audience of almost 63 million people [source: ESPN].
?

Share This:

Nürnberger Nachrichten

no comment

The Nürnberger Nachrichten (NN) was originally a local daily in the Nuremberg-Erlangen-Fürth area

kelme shirts

KELME Summer Men’s Short-Sleeved Pure Cotton Lapel POLO Cultivat T-shirts

BUY NOW

49.99
29.99

. With its regional editions it covers the whole of Middle Franconia and parts of Upper Franconia and the Upper Palatinate and is one of Germany’s large regional newspapers

Mexico Home BORGETTI 9 Jerseys

Mexico Home BORGETTI 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. The Nürnberger Zeitung belongs to the same group but is editorially independent.

The Nürnberger Nachrichten (NN) was first published on 11 October 1945. Its founder, Joseph E. Drexel, was granted licence No. 3 for newspaper publication by the occupying power, the American Military Government in Bavaria. At first, the NN was printed in Zirndorf because it was not possible to find an intact printing plant in Nuremberg, owing to the war damage. In 1945/46 the paper only came out twice a week; from Autumn 1946 to 1949 that increased to three times a week, and after that four times a week. In Autumn 1949, the publishers moved to Nuremberg

Real Madrid Club de Fútbol Home BENZEMA 9 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Home BENZEMA 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. It was not until 16 November 1962 that the paper came out six times a week.

The newspaper is published in tabloid format.

In 2001 Nürnberger Nachrichten had a circulation of 325,000 copies. Its circulation was 315,000 copies in 2003. The circulation of the paper was 294,694 copies in the first quarter of 2006.

Share This:

Vincent Law

no comment

proxy

Vincent Law (ビンセント・ロウ Binsento Rou?) o solo Vince (ビンス Binsu?), è il protagonista maschile dell’anime Ergo Proxy, diretto da Shukō Murase e sceneggiato da Dai Satō. È doppiato in giapponese da Kōji Yusa, ed in italiano da Christian Iansante.

Timido ed insicuro immigrato moscovita impiegato come manutentore di AutoReiv a Romdo ed affetto da amnesia, il suo sogno di ottenere la cittadinanza sfuma quando, collegato alle apparizioni del proxy ed accusato di crimini non commessi, è costretto a fuggire, intraprende allora un viaggio verso la sua terra natia in cerca di risposte.

È l’immigrato n° 141, ed il suo codice identificativo è 0724FGARK. Nel corso della serie lo si scopre essere l’eponimo Ergo Proxy (エルゴ・プラクシー Erugo Purakushī?)

Vincent è molto timido, introverso e servizievole; motivo per il quale sia nel lavoro che nelle relazioni interpersonali si fa mettere i piedi in testa da tutti. La sua condizione è dovuta anche al fatto che, in qualità di immigrato moscovita, egli sia ritenuto inferiore e, quindi, un cittadino di seconda classe destinato alla cieca obbedienza verso i concittadini di Romdo. Vincent segue rigidamente gli imperativi ed i dettami di buona condotta della città cupola, speranzoso di poter, un giorno, divenire a sua volta un concittadino come premio per il suo impegno e rispetto delle regole.

Nonostante incarni la figura di una persona debole ed arrendevole, fondamentalmente incapace di mettere in dubbio il sistema e privo di iniziativa, in realtà si presenta, all’occorrenza, come un individuo riflessivo, determinato e di grande sangue freddo. La perdita della memoria e la vaghezza del suo passato lo lasciano spesso vittima dell’incertezza ma, col progredire della serie, egli riesce sempre di più a scendere a patti con i termini della sua esistenza e la sua natura di Ergo Proxy che, inizialmente, anche dopo aver scoperto, a lungo ha considerato quale un individuo a se stante residente nella sua coscienza.

Di animo pacifico e tranquillo, Vincent predilige evitare i conflitti o il commettere atti violenti, a meno che non vi sia costretto; operando come pacificatore ogniqualvolta gli sia possibile. Inoltre è una persona spensierata, paziente e rilassata, che tende a vedere il lato divertente delle cose; proprio questi suoi atteggiamenti lo portano ad essere immediatamente benvoluto dalla piccola Pino.

È innamorato perdutamente di Re-l, e in più di un’occasione durante il loro viaggio cerca di baciarla, di entrare in confidenza con lei o di farla sentire a suo agio; sebbene nei suoi confronti essa, quantomeno inizialmente, non provi assolutamente nulla, disprezzandone l’insicurezza, criticandone il servilismo e sentendosi irritata, per sua stessa ammissione immotivatamente, dalla sua spensieratezza. Con il tempo passato assieme ed il proseguimento della serie però, tra i due si instaura un legame più profondo d’amicizia e fiducia e la ragazza inizia a ricambiare i suoi sentimenti mettendo in luce il suo lato più empatico e dolce.

Dopo aver compreso che reprimendo se stesso per essere accettato non si ottengono risultati ed aver iniziato ad agire secondo i dettami del proprio “io” piuttosto che quelli della società, Vincent guadagna sempre maggiore autostima, diventando moralmente più forte e sicuro di se, cambiando completamente carattere e riuscendo a trovare più sicurezza nei rapporti col suo prossimo, fino ad abbracciare la causa di rivendicazione della Terra stessa verso l’umanità fuggita.

Sebbene non lo si veda mai scrivere nel corso della serie, stando a quanto affermato da Re-l, Vincent è mancino.

Vincent è alto 5′ 9″ ft (pari a 175 cm), pesa 68 Kg ed il suo gruppo sanguigno è A. Ha gli occhi verde smeraldo ed i capelli castano scuro, mediamente lunghi. La sua costituzione fisica è asciutta e slanciata ma sufficientemente muscolosa. Nei panni di Ergo Proxy è invece alto circa 7′ 3″ ft (ossia 221 cm), non pare avere alcun peso corporeo, la sua pelle è nera, le sue orecchie appuntite ed i suoi occhi bianchi e privi di pupille; i capelli rimangono marroni e le caratteristiche facciali per lo più immutate mentre la sua massa muscolare aumenta notevolmente.

Nei panni di Vincent, solitamente veste con una sorta di tuta da lavoro rosso melograno, simile a un impermeabile, completa di guanti, stivali e mantella abbinati; mentre con le sembianze di Ergo Proxy sfoggia un elaborato abito-mantello color rosso carminio e una maschera dimidiata simile a quella del Fantasma dell’Opera, con in aggiunta dei riccioli giullareschi ed un sorriso arlecchinesco.

Il suoi occhi sono particolarmente importanti per sottolinearne la trasformazione a livello di individualità e coscienza di se: nei primi episodi è mostrato come una persona anonima, con gli occhi sempre chiusi e i capelli laccati ma, dopo la sua espulsione da Romdo apre per la prima volta gli occhi; non più scuri, come un comune personaggio secondario, ma del colore brillante che ne indica l’unicità e l’identità.

Clonato da Proxy One sulla base delle sue stesse cellule in una data non definibile (forse il 1º ottobre 280 Al) e concepito per non possedere nessuno dei punti deboli degli altri proxy (Sole incluso) di modo da sopravvivere al ritorno sulla Terra dell’umanità fuggita nello spazio; Ergo è stato creato al solo scopo di farsi peso sulle proprie spalle della rabbia di tutti gli altri proxy nei confronti dell’insensibile Creatore che li ha lasciati sul pianeta a rigenerarlo per poi distruggerli e farvi ritorno.

Dopo che Proxy One lascia Romdo per ritirarsi a vivere il tempo rimastogli in solitudine lasciando tutte le responsabilità al suo clone, quest’ultimo ha un crollo nervoso dovuto alla gravità della missione assegnatagli senza mai nemmeno interpellarlo e fugge a sua volta dalla città cupola per rifugiarsi a Mosk, da Monad, nella quale trova l’amore. La tredicesima proxy, comprendendo l’ingiustizia fatta all’amato da Proxy One, gli offre la possibilità di sfuggire al suo destino cancellandogli la memoria, pur sapendo che ciò significhi perderlo per sempre.

Ergo accetta l’operazione di azzeramento mnemonico, che lo convince di essere un umano moscovita, e assume l’identità di Vincent Law. Successivamente Monad, provata dallo sforzo, cade in letargo scaricando i ricordi assorbiti nell’AutoReiv Amnesia ma, durante questo periodo, Donov Mayer invia una squadra armata a Mosk distruggendola completamente, al fine di recuperare Ergo, credendolo il suo amato creatore.

Dopo aver recuperato solamente Monad, il Reggente capisce che l’oggetto della sua ricerca è nascosto in spoglie umane tra i cittadini, motivo per il quale accoglie gli sfollati di Mosk a Romdo in qualità di immigrati. Tra di essi vi è anche Vincent Law che, immemore della sua identità, poco tempo dopo essersi stabilito nella città cupola come immigrato incomincia a lavorare sodo per essere un “cittadino modello” e venire accettato dalla comunità romdoniana.

Qualche anno prima dell’inizio della serie viene assunto nella Divisione di Manutenzione AutoReiv del Dipartimento di Intelligence e, durante il suo colloquio di lavoro conosce l’ispettrice Re-l Mayer di cui si innamora a prima vista, sebbene essa, per contro, ne rimanga talmente poco colpita da dimenticarsi subito perfino il suo nome.

Lavorando a stretto contatto con gli AutoReiv, supervisionato dall’entourage Dorothy, Law inizia però inconsciamente a diffondere il Cogito.

Nel 303 Al, Vincent, sempre immemore della sua vita prima della sua fuga da Mosk, lavora ancora nella manutenzione degli AutoReiv e segue rigorosamente i dettami di buona condotta di Romdo, ovvero obbedire ciecamente e fidarsi delle autorità di Romdo ed annullare i propri sentimenti. L’unico oggetto che lo lega al suo passato è un ciondolo che porta sempre al collo e di cui ignora l’origine. Nel momento in cui Monad si risveglia dal laboratorio di ricerca in cui è stata tenuta per oltre diciannove anni, Vincent riassume inconsciamente le fattezze di Ergo Proxy e mosso dagli angosciosi ricordi irrompe in casa di Re-l alla quale, piangendo, sfiora dolcemente il viso con le dita. Sopraggiunge l’altro proxy e, combattendo, le due creature si allontanano.

Apparentemente battuto dopo lo scontro con Monad, che non è più in grado di riconoscere, Vincent si risveglia in stato confusionale e viene ritrovato dalle autorità nei pressi dell’appartamento di Re-l, motivo per il quale designato come capro espiatorio per insabbiare la faccenda ed indiziato quale principale sospettato dal Dipartimento di Sicurezza. Rilasciato poco dopo per la scarsità prove, viene avvicinato nuovamente da Monad e, fraintendendo le sue intenzioni, fugge in preda al panico per un centro commerciale provocando 42 morti nell’inseguimento che ne deriva, tra cui la famiglia del direttore del Dipartimento di Sicurezza Raul Creed. Raggiunto nelle fognature dalla tredicesima proxy subentra la sua vera natura che, mossa dall’istinto la uccide.

Considerandolo responsabile di quanto accaduto ai suoi cari, Creed lo fa incastrare come assassino incolpandolo dell’effrazione in casa di Re-l e dell’omicidio di diversi entourage operanti negli uffici della manutenzione AutoReiv, tra cui Dorothy; rientrato nel suo ufficio quella sera stessa, Law trova la strage in questione e, colto sul fatto dagli AutoReiv della vigilanza fugge diretto fuori da Romdo, stanco di sopprimere se stesso per essere considerato un buon concittadino senza che nessuno apprezzi i suoi sforzi. Durante il suo cammino verso la paratia stagna che conduce all’esterno della città cupola, Vincent si imbatte in Pino, AutoReiv domestica di proprietà di Creed infettata dal Cogito durante l’incidente del centro commerciale. Raggiunto da Re-l a un passo dall’uscita, questa gli offre il suo aiuto ma l’intervento degli uomini del Dipartimento di Sicurezza costringe il moscovita a fuggire all’esterno assieme a Pino.

Una volta fuori dalla cupola, Vincent sopravvive miracolosamente all’aria esterna che è infetta; quindi si ferma per un certo periodo alla Comune, una cittadella formata da persone cacciate da Romdo. Lì viene raggiunto da Re-l che tenta, vanamente, di farlo tornare a Romdo con lei promettendogli che intercederà per lui con il nonno ma l’intervento di alcuni AutoReiv da ricognizione inviati da Creed fa precipitare la situazione rompendo lo scafandro indossato da Re-l.

Per salvarla dal virus letale presente nell’atmosfera, Law fa dunque tornare la donna amata a Romdo con uno stratagemma e, successivamente parte con Pino alla volta di Mosk per tentare di far luce sul suo passato. Proprio durante una tappa del viaggio, alle città cupole gemelle di Halos e Asura, si imbatte dapprima in Senex Proxy, che uccide per puro istinto

Colombia 2016 Home ANY NAME 00 Jerseys

Colombia 2016 Home ANY NAME 00 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, e in seguito nel di lei compagno Kazkis, che per affrontare e sconfiggere in combattimento è costretto a realizzare per la prima volta della sua duale identità.

Raggiunto poco dopo da Re-l, egli le rivela la sua scoperta e questa, sebbene inizialmente incredula, si convince che sia la verità e decide di seguire lui e Pino nel resto del loro viaggio, per scoprire finalmente i segreti che la città di Romdo e il proxy celano.

Col procedere del viaggio il trio tra tensioni, battibecchi, sorprese ed avventure varie finisce col cementificare un profondo rapporto d’affetto e Re-l inizia a ricambiare i sentimenti di Vince. Arrivati alla loro meta tuttavia, essi la trovano ridotta in macerie dal missile nucleare Rapture lanciatovi da Creed e, trovandovi solo un confuso messaggio simile a quello che Re-l aveva trovato sullo specchio del suo bagno la notte del suo primo incontro con Vincent nei panni di proxy, decidono di tornare a Romdo e far luce sulla faccenda una volta per tutte.

Giunti alla città cupola però, Vincent si trasforma in Ergo Proxy e si isola come in preda ad un profondo dolore iniziando a vagare per i vicoli

Seattle Sounders FC Second Away MARSHALL 14 Jerseys

Seattle Sounders FC Second Away MARSHALL 14 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

; nel suo pellegrinaggio, consequenziale al progressivo recupero dei ricordi, si reca dal cadavere di Monad nei laboratori di Daedalus e qui ha un breve incontro con la seconda clone della proxy amata, Real. In seguito si reca nella stanza consigliare di Donov Mayer e ne trova il cadavere, precedentemente ucciso da Proxy One passandosi per lui nella speranza che Re-l, avendo visto tutto, decidesse poi di uccidere Vincent coi proiettili ai raggi FP; punendolo così per aver abbandonato il destino da lui assegnatogli. La ragazza tuttavia, comprende la verità dietro la marea di menzogne raccontategli nel corso della sua vita e rivela a Vincent dell’esistenza di Proxy One.

Riacquistato anche l’ultimo tassello dei suoi ricordi, Ergo si appresta a combattere col responsabile delle sue sventure che, non volendo affrontare la realtà, lo ha intrappolato in un ruolo ingiusto. Prima dell’inizio della battaglia tra i due potenti proxy Re-l si allontana per impedire il crollo di Romdo ad opera di Daedalus, facendo promettere a Vincent di uscirne sano e salvo e ricongiungersi a lei. Proxy One rivela, nel corso dello scontro col suo clone, che il Creatore, ovvero l’umanità originaria fuggita nello spazio, sta facendo ritorno sulla Terra e, di conseguenza, tutti i proxy stanno per essere soppressi ad eccezione di Ergo, da lui progettato per sopravvivere ma, furibondo, il proxy primigenio decide di uccidere il suo clone prima di andare incontro alla morte così da condividere il dolore di vedersi negata la propria esistenza; Ergo tuttavia, confermandosi il più potente tra i proxy, riesce a penetrare da parte a parte il torso del suo generatore. In seguito, sul luogo dello scontro sopraggiunge Real, divenuta a tutti gli effetti la reincarnazione di Monad che, per sollevarlo dal gravoso compito come fatto in passato gli propone la soluzione definitiva di un suicidio congiunto così che le loro anime rimangano insieme nella morte. Seppur tentato, Ergo rifiuta comprendendo di voler restare in vita al fianco di Re-l in quella che, sebbene possa essere una realtà dolorosa e difficile da affrontare, egli ha imparato ad amare e desidera proteggere; dunque dà il definitivo addio a Real, che si suicida da sola sotto i raggi del sole, e torna da Proxy One, un attimo prima che questi spiri, rivelandogli la sua intenzione di rappresentare speranza e libertà per tutti gli esseri imperfetti che lo hanno amato e fatto soffrire.

Nella scena finale, tra le macerie di Romdo, mentre viene raggiunto da Re-l e dalla piccola Pino, Vincent osserva il ritorno dell’umanità originaria annunciando l’inizio della vera battaglia come Ergo Proxy

Fútbol Club Barcelona Home XAVI 6 Jerseys

Fútbol Club Barcelona Home XAVI 6 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, l’Emissario della Morte (死の代理人 Shi no Dairinin?), che combatterà assieme a tutti coloro che non intendono cedere indietro il pianeta.

Umano:
In forma umana, Vincent dimostra tutti i limiti fisici e le debolezze di un comune esponente della specie, sebbene ciò possa essere dovuto al semplice fatto che egli stesso sia convinto di esserlo a causa della perdita di memoria.

A causa degli anni passati come impiegato della Divisione di Manutenzione AutoReiv del Dipartimento di Intelligence di Romdo, Vincent dimostra di essere un abilissimo meccanico, capace di far funzionare perfettamente anche vecchie tecnologie in disuso da decenni. Inoltre, avendo avuto parecchi incarichi di ritiro dalla circolazione di AutoReiv infetti dal virus Cogito, si dimostra sufficientemente abile nel combattimento corpo a corpo da sapere ingaggiare in battaglia i suddetti androidi.

Infine, dimostra una non indifferente maestria anche nell’uso delle armi da fuoco e come pilota.

Anche a livello inconscio, qualora in pericolo, Vincent si trasforma in Ergo.

Proxy:

Come proxy, Ergo è virtualmente immortale grazie alle cellule Amrita, possedute da tutti i suoi simili ed indistruttibili per qualsiasi cosa. Tali cellule gli conferiscono una resistenza sovrannaturale ed un fattore rigenerante tale per cui potrebbe farsi ricrescere un intero arto. Sebbene non sia immuni al dolore e possa perdere sangue, pare che solo un proxy sia in grado di provocare danni di sufficiente entità da uccidere un altro proxy. Per lo stesso motivo, come dimostra salvandosi dal virus letale presente nell’atmosfera terrestre, è immune a molti veleni umani e dovrebbe esserlo anche a narcotici, droghe e sedativi, sebbene l’esatta estensione di tali capacità rigenerative sia del tutto ignota.

Un’altra abilità tipica della sua razza è la forza sovrumana, tale per cui sarebbe in grado di sfondare porte d’acciaio progettate per contenere perfino gli AutoReiv e squarciare una trachea col solo ausilio di una mano. Oltretutto si muove ad una velocità tanto elevata da poter percorrere centinaia di metri in pochi istanti senza essere visti ad occhio nudo, abilità di cui si serve piuttosto di frequente.

Dispone inoltre di capacità di mutaforma che gli consentono di assumere forma umana.

Sebbene alcuni proxy, come Swan e Will B. Good, dimostrano poteri di interferimento con le menti altrui, Ergo non manifesta tale peculiarità; tuttavia è uno dei pochi proxy che nella serie dimostra la capacità di emettere energia dagli occhi.

Durante il combattimento finale con Proxy One dimostra, infine, d’essere in grado di vincere la forza di gravità.

Altri poteri non approfonditi dei proxy che dovrebbero essere in suo possesso sono l’abilità di creare la vita dal nulla e tutto quanto inerente alla creazione delle città-cupole ed all’attivazione degli uteri artificiali.

Come rivelato da Proxy One, Ergo è inoltre privo di tutti i punti deboli dei proxy, difatti sopravvive tranquillamente alla luce solare.

Share This:

Art rupestre du Sahara

no comment

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Les peintures et gravures rupestres du Sahara sont des œuvres en majeure partie néolithiques, réalisées à même la pierre dans le désert du Sahara et au Maghreb. Elles représentent notamment les humains de l’époque, et une partie de la faune qui les entourait.

Leur datation est difficile, mais elles se situent dans leur grande majorité dans le cinquième millénaire avant l’ère commune. Les plus anciennes sont des peintures réalisées dans le style dit des “Têtes Rondes” ou “Martien” tel que le nomme déjà Henri Lhote en 1956 dans son livre À la découverte des fresques du Tassili, une des premières études approfondies du sujet. Ces premières peintures ne paraissent pas remonter plus haut que 8000±900 ans avant l’ère commune.

Un deuxième style, postérieur

New York City Football Club Away Jerseys

New York City Football Club Away Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, est omniprésent, notamment dans le Tassili n’Ajjer, il s’agit du style “bovidien” caractérisé par de nombreuses représentations de bovins dont on pense qu’ils constituaient la base du style de vie de ces premiers habitants du Sahara

Argentina Home BIGLIA 6 Jerseys

Argentina Home BIGLIA 6 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

Le contraste entre la luxuriance de la faune figurée sur ces images et l’aridité actuelle du désert renforce encore leur attrait historique et artistique.

Les gravures et peintures rupestres qui abondent dans le Sahara correspondent à différentes phases chronoculturelles de ce désert. Elles sont d’une grande fragilité. L’Art saharien présente souvent une succession sur les rochers d’images d’animaux

United States Home BRADLEY 4 Jerseys

United States Home BRADLEY 4 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, véritables indicateurs de la chronostatigraphie de l’art.

Aujourd’hui, ces peintures sont menacées par la fréquentation touristique des sites rupestres du Sahara ainsi que par les dégradations qui en découlent, mais surtout par l’iconoclasme islamiste.

(Liste non exhaustive)

Share This:

Ferrata Deanna Orlandini

no comment

La ferrata Deanna Orlandini è una via ferrata che da poco sopra l’abitato di Crocefieschi, in valle Scrivia, porta alle Rocche del Reopasso.

Dall’abitato di Crocefieschi, si sale lungo un sentiero F.I.E. segnalato con un quadrato giallo vuoto, che in 25 minuti porta all’attacco della ferrata in prossimità del 1° settore detto de “l’Anchise”.

La Ferrata Deanna Orlandini di difficoltà media, difficile in alcuni tratti, è divisa in 4 settori:

Discesa e ritorno a Crocefieschi in circa 1h lungo sentiero segnalato F.I.E..

Il primo settore “l’Anchise”, parte da una singolare cavità rocciosa, dall’attacco in pochi minuti si accede ad una fenditura nella roccia (detta “il buco”) che sale verticale tra le pareti della fenditura che porta direttamente su una cresta, in alternativa poco a monte dell’accesso alla fenditura, seguendo il cavo si giunge ad un sentiero che riporta all’attacco della ferrata e continua allacciandosi alla ferrata verso la vetta del “l’Anchise” a 882 m s.l.m.. Da qui scendendo lungo un sentiero si giunge ad un colletto tra il primo settore e il secondo settore detto “la Biurca”, qui la ferrata ricomincia salendo gradatamente lungo la cresta che permette o di salire al Bivacco e poi alla punta nord (941 m s.l.m., la più alta dove è posto un crocifisso), oppure di proseguire verticalmente, su tratti a strapiombo, toccando entrambe le vette de la Biurca (punta sud 934 m, e punta nord 941 m) e quindi scendere tramite il terzo settore “traverso” in direzione “Carrega do Diao”. La discesa nel traverso women business casual dresses, impegnativa e tecnica, scende di circa 150 m, e porta ad un altro colletto dove c’è la possibilità di prendere la salita verso la “Carrega do Diao” seguendo il cavo dal basso, oppure attraversare il “Ponte dell’amicizia”, (un ponte stile tibetano con tre cavi d’acciaio) e attaccarsi direttamente ai cavi del torrione roccioso che sale verticalmente verso la Carrega. Salendo sul torrione si giunge ad un tratto pianeggiante che infine sale ancora verso la vetta della Carrega do Diao a 959 m.

Infine dalla vetta dalla Carrega si scende lungo il sentiero F.I.E. che costeggia il versante occidentale della Carrega che porta alla punta nord de “la Biurca”, da qui il sentiero inizia a scendere in modo ripido a tratti attrezzato con cavi, che porta al colletto di attacco tra primo e secondo settore, dove si incontra un sentiero che scende costeggiando “l’Anchise” e riporta a Crocefieschi.

Le linee di confine orografico dell’entroterra ligure sono state abitate fin dai tempi più remoti, le Rocche del Reopasso non fanno eccezione, infatti proprio in queste rocche fu rinvenuto il reperto più antico della valle Scrivia 18k Rose Bracelet, ossia un’ascia in serpentinite, databile all’incirca al 4000 a.C. Ciò testimonia il commercio di manufatti provenienti dalla zona di Voltri dove il serpentino era ed è molto diffuso.

Questo tipo di roccia si suppone appartenga alle cave di Voltaggio, da dove si diffondeva in tutta Europa, alcuni ritrovamenti avvenuti in Inghilterra, dopo attente analisi, risultano provenire proprio da queste zone

Brazil Home PAULINHO 18 Jerseys

Brazil Home PAULINHO 18 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

Le Rocche del Reopasso sono di puddinga, un conglomerato formato da ciottoli arrotondati, cementati da una malta calcarea, emerso nell’era terziaria attorno a 25 milioni di anni fa. Questo tipo di roccia formatasi in acque mosse, sotto la spinta dei movimenti dovuti alla deriva dei continenti, è andata a sovrapporsi alla formazione calcarea dell’Antola. I conglomerati partono da Savignone e si dirigono a nord verso la val Vobbia (Rocche del Reopasso Castello), esaurendosi nella vicina val Borbera conferendo al paesaggio un aspetto e dei profili ripidi e scoscesi, tormentati dall’erosione, a differenza dei dolci pendii formati dal calcare marnoso dell’Antola.

Che il Reopasso sia proprio “reo” potrebbe dimostrarlo uno scritto dell’Archivio Parrocchiale di Crocefieschi che recita: “il 21 maggio 1585, messer Agosto Spinola e Giovanni de Salvareca precipitarono dal Reopasso e furono portati in sepoltura a Buzalla” se non che mi risulta che, da parecchi anni, nessuno abbia più fatto la fine dei poveri “messeri” precipitati alla fine del XVI secolo avvalorando in me l’ipotesi che non esistano mai “Montagne Assassine” ma solo alpinisti imprudenti o sfortunati.”

”Biurca” e “Carrega do Diao” da Crocefieschi (loc. Crebaia)

”Carrega do Diao” e “Biurca” da Semino (frazione di Busalla)

La cima sud della “Biurca” con la ferrata Deanna Orlandini e il rifugio “Città di Busalla”

La cima “Anchise” (detta anche “Lumaca del Reopasso”)

Share This:

Masacre de la Escuela Secundaria de Columbine

no comment

La Masacre de la Escuela Secundaria de Columbine fue un asesinato masivo que tuvo lugar el 20 de abril de 1999 en las instalaciones del Columbine High School, en Columbine, Colorado, cerca de Denver y Littleton. Murieron un total de 15 personas y 24 resultaron heridas, siendo la quinta peor masacre en un centro educativo en EE. UU.

Los autores de la matanza fueron Eric Harris y Dylan Klebold, dos estudiantes del centro que se suicidaron tras el tiroteo. Al parecer Harris había desarrollado una sociopatía, mientras que Klebold sufría una profunda depresión.

Las primeras señales de alerta comenzaron a aparecer en 1996, cuando Eric Harris creó un sitio web en America Online. En un principio la utilidad de dicho sitio era para que la gente pudiera descargarse los niveles del videojuego Doom creados por Eric, además de incluir un blog donde poder mostrar su opinión acerca de sus compañeros, padres y amigos. Meses más tarde, este sitio incluía manuales de fabricación de artefactos caseros, pequeñas bombas, etc. A finales del año, el sitio contenía instrucciones sobre la manera de causar daño, y los registros de los problemas que estaban causando. A principios de 1997, el blog empezó a mostrar las primeras señales del creciente odio de Harris hacia la sociedad. Se descubrió después que Harris amenazaba a profesores y alumnos de Columbine desde su blog y en una ocasión amenazó de muerte a un compañero suyo, Brooks Brown. Los padres de Brooks alertaron a la policía pero no presentaron denuncia. Harris tuvo que cerrar el sitio web y como venganza rompió el parabrisas del coche de Brown. Sin embargo parece que se reconciliaron, ya que el día de la masacre Eric le recomendó a Brooks que se fuera a casa antes de que comenzara el tiroteo.

En enero de 1998 Eric y Dylan fueron sorprendidos robando material informático de un furgón. Fueron detenidos por ello, llevados a juicio y condenados a hacer servicios comunitarios; sin embargo, no se le dio más importancia al hecho. Además, Harris tuvo que ir a clases de control de ira. Por aquella época los dos jóvenes pertenecían a una banda llamada Trenchcoat Mafia (La Mafia de la Gabardina), y aunque más tarde la abandonaron, continuaron vistiendo la indumentaria siniestra del grupo hasta el día de su muerte.

Después de recibir tratamiento psiquiátrico por sus ataques de ira y cambios de humor repentinos, Eric Harris se cambió del Luvox, el fármaco que tomaba hasta ese momento, al antidepresivo Zoloft. Luego de quejarse con su médico por la inquietud y la falta de concentración que sufría, en abril volvió a tomar el fármaco anterior, Luvox. En el momento de su muerte, en su organismo había cantidades normales de este medicamento. Algunos expertos han afirmado que dichos medicamentos pudieron ser la causa del comportamiento de Eric Harris.

En el diario personal encontrado por la policía se comprueba que Eric Harris llevaba un año planificando el ataque. Habían hecho planos del instituto y detallado su plan minuciosamente; donde colocarían los explosivos y cuanto tiempo les llevaría. Su intención era matar al mayor número de estudiantes en la explosión y después disparar contra los supervivientes. Harris también había hecho una lista de objetivos prioritarios de la matanza, así como otra de gente a la que no tenía intención de matar.

Los asesinos habían elegido como fecha para la masacre el 19 de abril, sexto aniversario del incidente de Waco (que también había inspirado a Timothy McVeigh, el autor del atentado de Oklahoma City en 1995). Sin embargo, decidieron posponerla un día más, para aumentar el número de víctimas. El hecho de que el día 20 de abril de 1999 coincidió con el 110º aniversario del nacimiento de Adolf Hitler llevó a muchos a especular que los asesinos tenían simpatías nazis (Harris, de hecho, había incluido símbolos nazis y otros mensajes de odio en su diario personal, y simpatizaba con el KKK).

Cuando tuvieron planeado el ataque, los dos chicos grabaron un vídeo doméstico explicando las motivaciones de aquel acto. En el video aparecen los dos jóvenes junto a sus armas en el sótano de la casa de Eric, donde tenía montado un arsenal de bombas caseras. Dylan explica el acoso que sufrió durante años y que nunca conoció el amor. Harris por su parte recuerda cómo la profesión militar de su padre le llevó de una ciudad a otra, sin tener amigos hasta encontrar a Klebold. Eric comenta que su intención es volar la escuela por los aires con explosivos y fantasea sobre si Tarantino haría una película sobre ellos. Dylan dice «serán los más enervantes 15 minutos de mi vida. Los segundos serán como horas. No puedo esperar». Finalmente se despiden de sus familias. Actualmente este contenido esta celosamente guardado por las autoridades y no será desclasificado hasta 2029.

Harris y Klebold adquirieron armas de ataque de 9 milímetros y dos escopetas de calibre 12. Debido a que ambos aún eran menores de edad, tuvieron que conseguir las armas gracias a una amiga mayor, Robyn Anderson, que las compró por ellos en diciembre de 1998

New Yorkbulls Away SAM 10 Jerseys

New Yorkbulls Away SAM 10 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. También adquirieron abundante munición en unos almacenes cercanos al instituto.

Entre los dos llevaban 99 bombas de propano, de ellas dos de 10kg que se colocaron en la cafetería y las bombas trampa que pusieron en sus coches. Además cada uno llevaba un cuchillo de grandes dimensiones y varios cócteles molotov.

A las 11:10 del martes 20 de abril de 1999, Harris y Klebold llegaron por separado al Columbine High School. Harris aparcó su coche cerca de la entrada sur y Klebold lo aparcó cerca de la entrada oeste. Entraron en la escuela armados con dos escopetas (una de ellas recortada), una carabina Hi-Point 995 semiautomática de calibre 9 mm, una pistola Tec 9 semiautomática de calibre 9 mm, varios dispositivos explosivos caseros y una bomba compuesta por un tanque de propano de 9 kilogramos. Los adolescentes, antes de suicidarse, realizaron numerosos disparos en la cafetería y en la biblioteca de la escuela, asesinando a 15 personas (14 alumnos y un profesor) e hiriendo a 24 alumnos, resultando un total de 15 personas fallecidas. En total hubo dos tiroteos: el primero desde que los dos adolescentes abandonaron el estacionamiento hasta que entraron en el instituto; primero asesinaron a Rachel Scott, que estaba almorzando junto a su compañero Richard Castaldo (éste quedó paralítico tras recibir impactos de bala en la columna), luego a Daniel Rohrbough, cuando intentaba huir del instituto y finalmente abatieron al profesor Dave Sanders en los pasillos del instituto, el cual falleció horas después de recibir los disparos por pérdida de sangre. El segundo tiroteo se produjo en la biblioteca y fue el más sangriento, en el cual fallecieron diez alumnos y otros once fueron heridos. Los dos adolescentes, tras veinte minutos disparando en la cafetería e incendiándola, subieron de nuevo a la biblioteca donde lanzaron una última ráfaga de disparos a la policía y se suicidaron, primero Eric Harris, disparándose en la boca, y después Dylan Klebold en la sien.

Los investigadores del FBI determinaron que tanto Eric Harris como Dylan Klebold sufrían un grave desorden mental. Tras analizar los diarios personales y los vídeos de los asesinos, pudo comprobarse que Harris escondía una gravísima tendencia sociópata. Era un chico que mentía compulsivamente y estaba obsesionado con la violencia y los genocidios

Argentina Home AGUERO 11 Jerseys

Argentina Home AGUERO 11 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. De sus textos se desprendía cierta megalomanía. Sentía un odio general hacia la sociedad y no sentir culpa por sus malos actos. De hecho, Harris ya había estado en tratamiento psiquiátrico debido a sus ataques de ira repentinos y tomaba un antidepresivo llamado Luvox. Dylan Klebold estaba inmerso en una profunda depresión, era más inseguro y tenía tendencias suicidas. Parece que el hecho de que eligieran como objetivo el instituto del que eran alumnos respondía a una venganza por el acoso sufrido durante años. Sus justificaciones fueron delirantes; se veían a sí mismos como revolucionarios que pretendían hacerse famosos provocando una matanza.

Con el tiempo pudo demostrarse que fue la acumulación de muchos errores los que permitieron a los dos adolescentes realizar aquella masacre. Los padres de los asesinos no detectaron la gravedad del desequilibrio de sus hijos, ni tampoco la gran cantidad de armas y explosivos que Eric ocultaba en el sótano de su casa. Por otro lado, las autoridades no dieron importancia a los antecedentes de Eric Harris, ni supieron relacionarlos con el contenido de su página en internet, donde ya había amenazado a compañeros de instituto y explicaba cómo hacer bombas caseras un año antes de la matanza.

Los sucesos de Columbine horrorizaron a todo el país y se reabrió el debate sobre el acceso a las armas en Estados Unidos. Muchos colectivos pidieron un control más exhaustivo de la venta de armas y munición, pues se comprobó que los chicos habían logrado saltarse con facilidad varias leyes para acceder a todo aquel arsenal. Por su parte, hubo muchos grupos conservadores que achacaron la actuación de los asesinos a la influencia de los videojuegos violentos y de la televisión, así como de ciertos artistas musicales, como Marilyn Manson, que según decían fomentaban la violencia.

También quedó entredicha la actuación de la policía en la mañana de los hechos, ya que se limitó a acordonar la zona y tardó demasiado en entrar en el edificio. Al parecer en un primer momento la policía se vio desbordada por aquellos sucesos, pues no sabía cuantos asaltantes había y temía que pudieran detonar las bombas en cualquier momento. Más tarde surgieron rumores sobre si había alguien más implicado en el tiroteo. A día de hoy las autoridades aún no han revelado toda la información sobre aquellos hechos.

Varios son los documentales y películas que han tratado sobre aquellos hechos. Klass, película realizada en Estonia basada en este caso. Hay 7 capítulos más llamados “La vida después” que relata cómo siguieron con su vida algunas de las víctimas que sobrevivieron al ataque. La película documental de Michael Moore Bowling for Columbine habla sobre este suceso y la proliferación de armas en Estados Unidos. Este documental obtuvo el Óscar en 2002 al mejor documental largo. Elephant del director Gus Van Sant está basada en este hecho, y obtuvo la Palma de Oro y el premio al mejor director en el festival internacional de cine de Cannes. En el programa Hora Cero (Zero Hour) en Discovery Channel se trató el tema con prudente seriedad. La película The Life Before Her Eyes (La vida ante sus ojos), con la actriz Evan Rachel Wood se basa en esta masacre aunque con algunas variantes, esta vez con un solo asesino en lugar de dos, con 15 víctimas igual, una de ellas el propio perpetrador. También se trata el tema en las películas Zero Day de Ben Coccio y Dawn Anna ,

También ha inspirado a algunas series de televisión. En la serie de televisión Cold Case, el primer episodio de la cuarta temporada llamado “rampage” hace alusión indirecta a la masacre de Columbine, cambiando algunos detalles como: nombres, ciudad, fecha y motivaciones , sin embargo la referencia a las circunstancias principales del caso son claras. En la serie televisiva American Horror Story dirigida por Ryan Murphy, se hace referencia indirectamente, usando el nombre de otra escuela y cambiando el nombre de los alumnos, incluso es solo una persona la que realiza el asesinato, pero siendo en fin, los mismos actos. En la temporada 3, episodio 16 de la serie de televisión One Tree Hill, también hace referencia indirecta a lo que sucedió ese día en la escuela secundaria Columbine. El video Rise And Shine de el Grupo Blood On The Dance Floor recrea esta escena.

La banda de metal sinfónico Nightwish en su álbum Wishmaster incluyó una canción sobre este suceso llamada The Kinslayer, dedicando una vela a cada fallecido: 4 rosas por las mujeres, 9 azules por los hombres y 2 negras por los asesinos y suicidas. Del mismo modo, Flyleaf dedicó una canción bajo el título de “Cassie” haciendo referencia a Rachel Scott y Cassie Bernall, la primera fue el símbolo de la tragedia por ser la primera víctima de la masacre. La banda de metal cristiano P.O.D. en su álbum Satellite lanzado en diciembre de 2001 como su segundo sencillo, fue inspirado en parte por los tiroteos en las escuelas de Santana High School y la Escuela Secundaria Columbine. La canción “Youth of the Nation” utiliza nombres ficticios para narrar la historia de algunos jóvenes asesinados en dichas escuelas. Fue Hit Nº1 en la lista Modern Rock y alcanzó el número 28 en el Billboard Hot 100. También Michale Graves, ex-cantante de la banda de Horror punk The Misfits, dedicó una canción titulada “Nobody Thinks About Me” a los sentimientos de los asesinos antes de realizar la masacre. El cantante Marilyn Manson, culpado por la masacre, dedicó su siguiente disco llamado “Holy wood (in the shadow of the valley of death)” que en ninguna canción deja de hablar sobre los asesinados y los asesinos; también dedico el video “Coma white” a esas personas y sus familias. Foster the People también relata lo sucedido en “Pumped up kicks”, con un peculiar ritmo en la canción a pesar de lo oscuro de su letra, este exitoso sencillo, número uno en el Billboard Alternative Songs, pertenece al álbum Torches (2011). (Mark Foster fue intimidado cuando se encontraba en la escuela secundaria, mientras que el bajista Cubbie Fink tiene una prima que sobrevivió a la masacre del Columbine.) La banda española Ska-P en su canción Fuego y Miedo de su álbum Lágrimas y gozos aborda el tema de la masacre, criticando fuertemente a Charlton Heston. Además el grupo de música electrónica 009 sound system habla en una de sus canciones sacadas recientemente a finales de 2011, la canción llamada “powerstation”, en ella se relata a los asesinos junto con las víctimas. La banda industrial alemana Funker Vogt sacó en 2013 una canción llamada “Columbine” en su disco “Companion in Crime”También es mencionado en el tema “Who Knew” de Eminem.También la banda The Mayan Factor cuenta la masacre desde el punto de vista de uno de los estudiantes de la escuela afectada, en el tema “Warflower”.

Share This:

fodbold hat online | Billige Nike Fotball Jerseys online | Kelme Outlet

MCM Rucksack | Kelme Outlet | maje dresses outlet| maje dresses for sale

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet online shopping shop online