Shopping Online

Shopping Online

Municipio Santa Rosa del Abuná

no comment

Das Municipio Santa Rosa del Abuná ist ein Landkreis im Departamento Pando im Tiefland des südamerikanischen Anden-Staates Bolivien.

Das Municipio Santa Rosa del Abuná ist eines von zwei Municipios der Provinz Abuná und umfasst deren westlichen Bereich. Es grenzt im Norden an die Republik Brasilien, im Nordwesten und Westen an das Municipio Bella Flor in der Provinz Nicolás Suárez, im Süden an das Municipio Puerto Rico in der Provinz Manuripi, und im Osten an das Municipio Ingavi.

Das Municipio erstreckt sich zwischen etwa 10° 15′ und 11° 05′ südlicher Breite und 67° 01′ und 67° 38′ westlicher Länge, seine Ausdehnung von Westen nach Osten beträgt bis zu 70 Kilometer und von Norden nach Süden bis zu 80 Kilometer.

Das Municipio umfasst 63 Gemeinden (localidades), zentraler Ort des Municipio ist die Ortschaft Santa Rosa del Abuná mit 232 Einwohnern (Volkszählung 2012) am nördlichen Rand des Landkreises

Colombia 2016 Home Jerseys

Colombia 2016 Home Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

Das Municipio Santa Rosa del Abuná liegt im bolivianischen Teil des Amazonasbeckens im nördlichen Teil des Landes nahe der Grenze zu Brasilien.

Die mittlere Durchschnittstemperatur der Region liegt bei 26 °C und schwankt nur unwesentlich zwischen 25 °C im Mai und 27-28 °C von Dezember bis Februar (siehe Klimadiagramm Riberalta). Der Jahresniederschlag beträgt etwa 1.300 mm, bei einer ausgeprägten Trockenzeit von Juni bis August mit Monatsniederschlägen unter 20&nbsp best running hydration vest;mm, und einer Feuchtezeit von Dezember bis Januar mit Monatsniederschlägen von mehr als 200 mm.

Die Bevölkerungszahl des Municipio Santa Rosa del Abuná ist in den vergangenen beiden Jahrzehnten um etwa die Hälfte angestiegen:

Die Bevölkerungsdichte bei der Volkszählung von 2012 betrug 0,5 Einwohner/km², der Alphabetisierungsgrad bei den über 6-jährigen war von 43 stainless steel meat tenderizer,6 Prozent (1992) auf 57,1 Prozent (2001) angestiegen. Die Lebenserwartung der Neugeborenen im Jahr 2001 betrug 62,5 Jahre, die Säuglingssterblichkeit war von 11,8 Prozent (1992) auf 6,9 Prozent im Jahr 2001 zurückgegangen.

50,2 Prozent der Bevölkerung sprechen Spanisch, 1,9 Prozent sprechen Quechua glass liter water bottle, 1,5 Prozent sprechen Aymara, und 49,3 Prozent sprechen eine nicht-bolivianische Sprache, im wesentlich sind dies Zuwanderer aus dem benachbarten Brasilien. (2001)

81,7 Prozent der Bevölkerung haben keinen Zugang zu Elektrizität, 53,2 Prozent leben ohne sanitäre Einrichtung. (2001)

68,0 Prozent der 278 Haushalte besitzen ein Radio, 15,1 Prozent einen Fernseher, 20,1 Prozent ein Fahrrad, 4,0 Prozent ein Motorrad, 2,5 Prozent ein Auto, 5,0 Prozent einen Kühlschrank, und 0,4 Prozent ein Telefon. (2001)

Ergebnisse der Wahlen zum Gemeinderat (concejales del municipio) bei den Regionalwahlen vom 4. April 2010:

Das Municipio Santa Rosa del Abuná bestand bei der Volkszählung von 2012 aus den folgenden beiden Kantonen (cantones):

Share This:

Children and Family Court Advisory and Support Service

no comment

The Children and Family Court Advisory and Support Service (Cafcass) is a non-departmental public body in England set up to promote the welfare of children and families involved in family court. It was formed in April 2001 under the provisions of the Criminal Justice and Court Services Act 2000 and is accountable to Parliament through the Ministry of Justice. Cafcass is independent of the courts, social services, education, health authorities and all similar agencies.

Court proceedings for which Cafcass may provide support include:

Cafcass’ function is set out in which states:

“In respect of family proceedings in which the welfare of children is or may be in question, it is a function of [Cafcass] to:

(a) safeguard and promote the welfare of the children

(b) give advice to any court about any application made to it in such proceedings

(c) make provision for the children to be represented in such proceedings

(d) provide information, advice and other support for the children and their families.”

The provisions of court welfare services were the subject of two reviews. The Comprehensive Spending Review (CSR) and a subsequent review conducted jointly by the Home Office, the Lord Chancellor’s Department and the Department of Health concluded that a new integrated service subsuming these functions could improve service to the courts, better safeguard the interests of children, reduce wasteful overlaps and increase efficiency.

The services spanned England and Wales and included: Family Court Welfare (FCW) (54 areas); the Guardian ad litem and Reporting Officer (GALRO) Service (59 panels) and the children’s work of the Official Solicitor’s (OS) Department.

The Home Office stated: “The review announced by the Home Secretary on July 16, 1997 into the relationship between the Prison Service and probation service may herald important changes to the structure pure glass bottle, organisation, management, working practices, human resources and funding of the probation service. Both the prison-probation review and the Comprehensive Spending Review should result in steps which should improve public confidence in community penalties.”

The Home Office Prison-Probation review consultation paper did not mention family court welfare given that family court welfare was to move to a new unified family court welfare service dry pack cell phone case.

The government then announced a unified family court welfare service. Among many key to be addressed were ensuring:

These were addressed by a Project Team.

The Criminal Justice and Court Services Bill was led by the Home Office as most of the Bill’s provisions concerned the establishment of a National Probation Service for England and Wales. A few parts concerned Cafcass arrangements.

The Bill completed its Parliamentary stages in Autumn 2000. The Act’s Cafcass provisions were set to commence on 1 April 2001. The short timeline created problems that took Cafcass years to resolve.

Cafcass functions were to “(a)safeguard and promote the welfare of the children,(b)give advice to the court about any application made to it in such proceedings,(c) make provision for children to be represented in such proceedings,(d) provide information, advice and other support for the children and their families.”

Subordinate legislation set out the duties of Cafcass practitioners.

In 2004 Cafcass published a policy and procedure to do with domestic violence.

As of 1 April 2005, responsibility for the functions of Cafcass in Wales, known as CAFCASS Cymru, became the responsibility of the National Assembly for Wales.

Following the changes within Welsh Government in 2007, CAFCASS Cymru became part of the Department for Health and Social Services.

In 2005/06 Cafcass produced the consultation document Every Day Matters that led to a draft set of National Standards. These standards set out what service users, partner agencies and practitioners in the family justice system could expect. The Standards updated the 2003 Cafcass Service Standards and Principles, and after piloting in the North-East Region, were phased in from 1 April 2007.

The standards noted the importance of service-user feedback and the active engagement and participation of children in their case planning process. Cafcass asserted the importance of including children’s views in the decision making processes involved in court proceedings. Young people could offer a “Needs, Wishes and Feelings” statement directly to the judge. However, Cafcass admitted^ Cafcass originally covered England and Wales but on 1 April 2005 Cafcass Cymru was created with responsibility transferred to the Welsh Assembly.

Share This:

Oxxy

no comment

Oxxy International is an Indian website which displays the cost of medical tests.[citation needed] It has offices in New Delhi, India.[citation needed] It was founded by Pankaj Gupta.[citation needed]

Oxxy has more than 1 lac Diagnostics, Pathology Labs and Hospitals in its network as of January 2015. The company is now recognised as India’s Largest Healthcare Network by various media articles.

Oxxy is valued over USD 2 billion, and is dedicatedly working towards affordability and transparency in healthcare.

Oxxy has screened around 12 million people so far under the Swastha Bharat initiative water glass. On 10 May 2015, Oxxy staged a record-breaking 500 free HealthCamps in about 100 cities of India. In 2015, Oxxy partnered with Uber to provide free pick and drop for patients in 18 cities of the country. Oxxy plans to expand the services to other parts of the country as well.

In August 2015, Oxxy offered free eye screening for everyone in India wooden meat tenderizer. This was conducted in 200 cities and millions of Indians were benefitted.

Share This:

Bwana

no comment

Bwana est un film espagnol réalisé par Imanol Uribe, sorti en 1996.

Un chauffeur de taxi, Antonio, son épouse Dori et leurs deux enfants football shirt shop, Ivan et Jessy vont avec la voiture de fonction de leur père passer une journée dans un coin désert de la côte espagnole pour y pêcher des coques.

Le coin n’est pas si désert qu’il n’y paraît car ils vont y rencontrer, dans leur « restaurant », un baraquement qui sert de couverture à leurs activités, trois contrebandiers stainless steel water bottle price, Rafa, Pepe et Joaquim, puis près de leur caravane, trois skinheads, Michael, Uta et Román et enfin deux noirs jetés à la mer par leurs passeurs, Ombasi et Yambo qui ont rejoint la côte à la nage water resistant cover.

Cette famille en plus de ses difficultés intinsèques va être confrontée à tous les problèmes aigus que soulève la rencontre de tous ces personnages si différents.

Antonio ayant ôté une bougie de sa voiture pour qu’on ne lui vole pas son taxi pendant qu’ils pêchent les coques, l’égare dans le sable ce qui contraint toute la famille à rester sur place puis à passer la nuit à la belle étoile. Malgré les fantasmes du père, de la mère et des enfants et les difficultés de communication, les enfants ayant froid, ils vont passer la nuit en compagnie d’Ombasi qui a allumé un feu de camp et qui veille le corps de son compagnon Yambo qui s’est noyé en tentant de regagner le rivage. Dori qui n’est pas insensible au charme d’Ombasi refoule ses sentiments par des digressions puériles mais lorsque le noir se baigne au lever du soleil, elle cède à son invitation et avance dans la mer sous les yeux de son mari médusé.

Sur ces entrefaites surgissent les trois skinheads avec leurs deux motos et leurs battes de baseball qui à la vue d’une femme blanche s’approchant d’un noir pour se baigner avec lui, sont pris d’une folie furieuse et veulent castrer le noir. Mais Rafa qui avait rejoint le petit groupe autour du feu de camp, parce qu’au cours du déchargement des colis de contrebande en pleine nuit, ses complices croyant à l’arrivée de la police ne l’avaient pas attendu, s’empare de la moto de l’un des skinheads et s’enfuit. Ceux-ci le prennent en chasse, le rattrapent et le massacrent à mort.

La famille et Ombasi profitant de la diversion et de la dispersion du trio raciste s’enfuient waterproof camera bag cover. Dori ayant retrouvé la bougie peu de temps auparavant toute la famille rejoint la voiture pour rentrer au plus vite tandis qu’Ombasi court pour échapper à la mort…

Share This:

Forbundsdagsvalget i Tyskland 2013

no comment

Forbundsdagsvalget i Tyskland 2013 var valget til den 18. tyske Forbundsdagen og fant sted 22. september 2013.

Valget ga størst fremgang for CDU/CSU, men også SPD fikk økt oppslutning. Samtlige av de øvrige partiene som var representert i Forbundsdagen, opplevde tilbakegang. Størst konsekvenser fikk dette for FDP som ikke nådde over sperregrensen på 5% og derfor mistet sine plasser i Forbundsdagen. Partiet hadde til da vært representert i Forbundsdagen helt siden denne ble etablert i 1949.

Angela Merkel gikk inn i valgkampen som leder av sin andre regjering, basert på en koalisjon i Forbundsdagen av CDU/CSU og FDP. Merkel fortsatte som kansler også etter valget, men måtte basere seg på en annen koalisjon, ettersom FDP gikk ut av Forbundsdagen. Regjeringen Merkel III ble deretter grunnlagt på en såkalt storkoalisjon, bestående av partiene CDU/CSU og SPD.

Forbundsdagen skulle bestå av minst 598 medlemmer, men kunne bli større som følge av valgsystemet som åpnet for overskuddsmandater og utjevningsmandater. Etter valget i 2013 fikk Forbundsdagen 631 medlemmer.

Forbundsdagen fikk etter valget i 2009 622 medlemmer, hvorav 24 overskuddsmandater. Landets regjering, under ledelse av Angela Merkel (Merkel II), har vært støttet av en koalisjon bestående av CDU, CSU og FDP. SPD, Die Linke og Bündnis 90/Die Grünen har vært i opposisjon.

I løpet av valgperioden lyktes det for Piratenpartei (Piratpartiet), som ved forbundsdagsvalget i 2009 lå 2 % under sperregrensen, å komme inn i fire delstatsparlamenter.

Tyskland hadde 299 valgkretser i sine 16 delstater. Ved valget deltok 34 partier, hvorav 30 har delstatslister, tilsammen 233 lister. Samlet deltok 4 451 personer som kandidater til Forbundsdagen.

Ved valget fantes det 61,8 millioner stemmeberettigete. Kravet til landsdekkende oppslutning (sperregrensen) for å bli representert i Forbundsdagen, var fem prosent, eventuelt seier i tre valgkretser.

Alle partier som i inneværende valgperiode var representert med minst fem medlemmer av Forbundsdagen eller et delstatsparlament fikk automatisk delta i valget.

Følgende partier ble i perioden 2009-2013 representert i Forbundsdagen, samtlige med mer enn fem medlemmer:

Følgende partier var forut for valget representert i minst en landdag:

Av de øvrige partier som søkte og fikk delta ved valget, var ytterligere to partier representert i valget med lister i samtlige delstater:

Begrepet kanslerkandidater eller toppkandidat (tysk: Spitzenkandidat) brukes i presse og ellers om de nasjonale partienes ledende representant ved valget. Språkbruken er ikke konsekvent og begrepene har ingen juridisk betydning ved de føderale valg, ettersom kansleren blir valgt av medlemmene av Forbundsdagen og ikke ved direkte valg. Begrepene har imidlertid politisk betydning. De store partiene CDU/CSU og SPD nominerer vanligvis kanslerkandidater, mens de øvrige partiene nominerer toppkandidater.

Angela Merkel kunngjorde i juli 2011 at hun ville stille til valg i 2013. Merkel ble første gang valgt til kansler i 2005 og andre gang i 2009.

SPDs styre nominerte Peer Steinbrück som kanslerkandidat. Valget av kanslerkandidaten fant sted 9. desember 2012 på SPDs landsmøte i Hannover og Steinbrück ble valgt med 93 % av stemmene.

Opposisjonspartiene i Forbundsdagen har fra gang til gang dessuten presentert et eget kompetanse- eller ressursteam i forbindelse med valgkampen. Kompetanseteamet er i pressen også kalt skyggeregjering, da medlemmene av teamet er aktuelle for å overta en ministerstilling dersom partiet vinner valget.

Peer Steinbrück oppnevnte før valget i 2013 tolv personer til sitt «kompetanseteam». Medlemmene av kompetanseteamet var sannsynlige kandidater til en regjering utgått av SPD.

Bündnis 90/Die Grünen gjennomførte høsten 2012 en uravstemning om hvem som skulle være deres toppkandidater (tysk: Spitzenkandidaten). Det skulle velges to personer. Jürgen Trittin fikk 72 % av stemmene og Katrin Göring-Eckardt 47 %.

Partiet die Linke opplyste 21. januar 2013 at partiet skulle være representert av et lag bestående av åtte toppkandidater: Nicole Gohlke, Jan van Aken, Caren Lay, Klaus Ernst, Gregor Gysi, Dietmar Bartsch, Sahra Wagenknecht og Diana Golze.

Rainer Brüderle ble under partiets landsmøte 9. og 10. mars 2013 valgt som FDPs toppkandidat.

Det i 2013 nystiftede partiet Alternativ for Tyskland gikk til valg på oppløsning av valutaunionen knyttet til euro og gjeninnføring av nasjonale valutaer.

Valgkampen var preget av den såkalte eurokrisen som oppsto i 2010, og som fremdeles vedvarte. Krisen omfattet tilbakegang for europeisk sysselsetting, økonomisk stagnasjon og vaklende banker i Europa. Sentralt i dette sto Hellas’ gjeldskrise. På tross av navnet berørte den ikke vekslingskursen for euro.

CDU/CSU gikk under valgkampen inn for bindende nedre grenser for lønninger i områder som ikke var tariffregulert, en fleksibel kvotering av kvinner i selskapers styre og en forbedret mulighet for å kombinere familie og yrkesliv water resistant cover. Partiene avviste å finansiere vekst med økt lånopptak og gikk inn for en økt regulering av finansmarkedene

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

Argentina Home HIGUAIN 9 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

SPD konsentrerte sin valgkamp om sosial rettferd. Partiet foreslo en minstelønn på 8,5 euro per time, ufravikelige kvinnekvoter i styrene, bedre utdannelse og barnehagedekning. SPD ville regulere leieprisene på bolig og regulere bankene og styrke kommuneøkonomien. Det gikk inn for høyere skatt på høytlønnede og innføring av formuesskatt. Partiet ville bekjempe fattigdom blant eldre gjennom en minstepensjon på 850 euro.

FDP ville stanse statens opptak av lån og gikk imot høyere skatter. I eurokrisen gikk de liberale inn for solidaritet, men ønsket ikke å overta andre staters gjeld.

Die Linke ville innføre en minstepensjon på 1 050 euro, bedre sosialsatser og en minstelønn på 10 euro per time. Partiet ville øke skattene, særlig toppskatten som skulle stige fra 42 til 53 prosent.

Bündnis 90/Die Grünen gikk inn for endring av miljøpolitikken, særlig energiforbruket.

Tabellen viser avrundete andeler av partilistene fordelt på delstater, med det sterkeste partiet i fet skrift. Ved valget stemmer velgerne både på partier og personer. Det er partivalget som avgjør styrkeforholdet i Forbundsdagen.

1871 · 1874 · 1877 · 1878 · 1881 · 1884 · 1887 · 1890 · 1893 · 1898 · 1903 · 1907 · 1912

1919 (Weimar) · 1920 · 1924 (mai) · 1924 (des) · 1928 · 1930 · 1932 (juli) · 1932 (nov) · 1933

Presidentvalget i Tyskland 1925 · Presidentvalget i Tyskland 1932

1949 · 1953 · 1957 · 1961 · 1965 · 1969 · 1972 · 1976 · 1980 · 1983 · 1987 · 1990 · 1994 · 1998 · 2002 · 2005 · 2009 · 2013 · 2017

1949 · 1954 · 1959  · 1964 · 1969 · 1974 · 1979 · 1984 · 1989 · 1994 · 1999 · 2004 · 2009 · 2010 · 2012 · 2017

Share This:

Sambong

no comment

Blumea balsamifera

Nom binominal

Le sambong (Blumea balsamifera) est une plante de la famille des Asteraceae utilisée en médecine traditionnelle glass bottle manufacturers.

On la trouve dans les zones tropicales et subtropicales d’Asie, notamment le sous-continent indien et l’Asie du Sud. C’est une mauvaise herbe qui pousse au bord des chemins et dans les prairies.

Son nom vernaculaire dérive de son appellation à Java : somboon

C’est un arbuste à tige à poils doux, demi-boisé, à forte odeur aromatique de camphre belt bag with water bottle, de 1 à 4 mètres de haut monogrammed football shirts. Les feuilles sont simples, alternes, elliptiques, de 7 à 20 cm de long à bord denté. Les fleurs jaunes sont disséminées le long de panicules très ramifiés. Elles sont de deux types : les périphériques, les plus nombreuses, minuscules, à corolle tubulaire

United States Home JONES 13 Jerseys

United States Home JONES 13 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, les fleurs centrales, plus grandes, en petit nombre, en clochette. Le fruit est un akène poilu au sommet.

Le sambong est utilisé dans les lithiases urinaires et les rhumes.

Sur les autres projets Wikimedia :

Share This:

Francis Maitland Balfour

no comment

Francis Maitland Balfour (* 10. November 1851 in Edinburgh, Schottland; † 19. Juli 1882 am Mont Blanc nahe Martigny, Schweiz (Bergunfall)) war ein schottischer Zoologe.

Balfour war der Sohn von James Maitland Balfour of Whittinghame, East Lothian, und seiner Frau Lady Blanche Cecil, die eine Tochter der 2. Marquess of Salisbury war. Er war der jüngere Bruder des britischen Politikers Arthur Balfour, 1. Earl of Balfour (1848–1930). Er besuchte die Harrow School, wo er durchschnittlicher Schüler war. Allerdings unterstützte ihn einer seine Lehrer, George Griffith, bei den naturwissenschaftlichen Fächern. Vor allem für die Geologie zeigte er Interesse.

Er studierte ab 1870 am Trinity College in Cambridge, wo er dann im Jahre 1876 Dozent wurde best place to buy football shirts online, später 1882 Professor der Embryologie. Er verunglückte tödlich während einer Bergtour in den Alpen am 18. oder 19. Juli 1882. Er hatte versucht den Mont Blanc der zu erklimmen.

Balfour gilt als einer der Begründer der modernen Embryologie. 1880 machte er den Vorschlag, sämtliche Tiergruppen, die während ihrer individuellen Entwicklung eine Chorda dorsalis entwickeln, im Stamm Chordata zu vereinigen.

Im Jahre 1876 beschrieb Francis Maitland Balfour (1851–1882), in seiner Monographie über die Hai- Entwicklung, mit einem bekannten Schema die Kopf Segmentierung (siehe auch Cephalisation). Er ordnete jedem Segment einen Hirnnerv, einen Kiemenbogen und einem Kopf-Somiten zu. Insgesamt wurden acht Haupt-Segmente definiert.

1878 wurde er als Mitglied („Fellow“) in die Royal Society aufgenommen, die ihm 1881 die Royal Medal verlieh metal sports water bottles.

Share This:

Liste der Kulturdenkmäler in Wörrstadt-Rommersheim

no comment

In der Liste der Kulturdenkmäler in Wörrstadt-Rommersheim sind alle Kulturdenkmäler des rheinland-pfälzischen Stadtteils Rommersheim von Wörrstadt aufgeführt. Grundlage ist die Denkmalliste des Landes Rheinland-Pfalz (Stand: 8. Dezember 2015).

Gemarkung

Bild gesucht 

Bild gesucht 

Bild gesucht 

Bild gesucht 

Bild gesucht 

Bild gesucht 

Albig | Alsheim | Alzey | Armsheim | Bechenheim | Bechtheim | Bechtolsheim | Bermersheim | Bermersheim vor der Höhe | Biebelnheim | Bornheim | Dintesheim | Dittelsheim-Heßloch | Eckelsheim | Eich | Ensheim | Eppelsheim | Erbes-Büdesheim | Esselborn | Flomborn | Flonheim (Ortsteil: Uffhofen) | Flörsheim-Dalsheim&nbsp how to soften hard meat;| Framersheim | Freimersheim | Frettenheim | Gabsheim | Gau-Bickelheim | Gau-Heppenheim | Gau-Odernheim (Ortsteil: Gau-Köngernheim) | Gau-Weinheim | Gimbsheim&nbsp dry pak waterproof bags;| Gumbsheim | Gundersheim | Gundheim | Hamm am Rhein | Hangen-Weisheim | Hochborn&nbsp

Chile Home MEDEL 17 Jerseys

Chile Home MEDEL 17 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;| Hohen-Sülzen | Kettenheim | Lonsheim | Mauchenheim | Mettenheim | Mölsheim | Monsheim | Monzernheim | Mörstadt | Nack | Nieder-Wiesen | Ober-Flörsheim | Offenheim | Offstein | Osthofen | Partenheim | Saulheim | Schornsheim | Siefersheim | Spiesheim | Stein-Bockenheim | Sulzheim&nbsp meat needle tenderizer;| Udenheim | Vendersheim | Wachenheim | Wahlheim | Wallertheim | Wendelsheim | Westhofen | Wöllstein | Wonsheim | Wörrstadt (Stadtteil: Rommersheim)

Share This:

Saint-Clair-sur-Epte-traktaten

no comment

Saint-Clair-sur-Epte-traktaten ble signert høsten 911 mellom Frankerrikets konge Karl den enfoldige (898-922) og Rollo, vikinghærens leder. Hensikten var å samle og holde mennene fra nord, «normannerne», på deler av området Neustria og ut mot kysten how to use tenderizer, og å beskytte kong Karls kongedømme fra nye invasjoner av «nordmenn», norrøne fra Norden.

Intet dokument fra traktaten har overlevd som vitner om dannelsen av hertugdømmet Normandie aluminium drink bottle, men hendelsen betraktes som et historisk faktum. Rollo var antagelig nordmannen Gange-Rolf lixit glass water bottle, Rolv Ragnvaldsson (ca. 860-932), sønn av Ragnvald Mørejarl, kjent som jarlen som klippet Harald Hårfagre etter at Norge var samlet til ett rike.

I tillegg til tildelingen av land var det et krav om Rollo skulle døpes og gifte seg med Gisla, kong Karls datter utenfor ekteskap, og bli kongens vasall. Det siste punktet ble komplisert da Rollo nektet å knele foran kongen og kysse hans fot. Det ble diskutert og man kom fram til et kompromiss: Rollo grep kongen fot, men uten å knele, men han var så høy at da han løftet armen mistet kongen balansen og falt bakover.

·

Share This:

La Ferté-Alais

no comment

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : France

La Ferté-Alais (prononcé [la fɛʁt̪e alɛ]  Écouter) est une commune française située à quarante-deux kilomètres au sud de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Jadis forteresse fermant l’accès au domaine royal français par la vallée de l’Essonne puis village industriel animé par l’exploitation des carrières de grès, sable et plus tard calcaire, La Ferté-Alais devint, avec le développement du chemin de fer un lieu de villégiature prisé de la bourgeoisie parisienne et de quelques artistes, charmés par la douceur des bords de la rivière. Il en subsiste encore un camping installé sous les pins. C’est aujourd’hui toujours un village à mi-chemin entre agglomération parisienne et province, niché au cœur d’une verte vallée encaissée aux portes du parc naturel régional du Gâtinais français, caractéristique du sud du département, appréciée des promeneurs et des peintres ou mosaïstes. Célèbre pour son aérodrome, pourtant situé dans la ville voisine de Cerny, elle attire chaque année des milliers de visiteurs pour le meeting aérien organisé par l’amicale Jean-Baptiste Salis.

Ses habitants sont appelés les Fertois.

La Ferté-Alais est située au sud de la région Île-de-France, au centre-est du département de l’Essonne dans la grande agglomération parisienne au cœur de la région naturelle, aujourd’hui devenu le parc naturel régional du Gâtinais français. Elle occupe un territoire approximativement rectangulaire, la longueur de trois kilomètres quatre-cent étant orientée d’ouest en est sur une largeur d’un kilomètre sept cent mètres, totalisant une superficie de quatre cent cinquante-cinq hectares. L’occupation des sols est encore très inégalement répartie, la partie urbanisée ne représentant que 27 % du territoire, concentrée à l’ouest et au sud, près de 70 % des terres étant encore réservées au massif boisé au centre et à l’agriculture sur toute la moitié est. L’Institut national de l’information géographique et forestière donne les coordonnées géographiques 48°28’51” N et 02°21’27” E au point central de ce territoire. Située entre la basse vallée de l’Essonne et le plateau dominant, la commune s’étage entre cinquante-trois et cent quarante-deux mètres avec une forte déclivité proche de cent mètre sur une longueur de quatre cent mètres où serpentent la rue Edmond Rostand en lacet. Cette vallée encaissée accueille de nombreux axes de communication dont la voie ferrée de la ligne D du RER et les routes nationales déclassées devenue route départementale 449 et route départementale 191 qui se croisent en centre-ville. Commune relativement concentrée sur sa partie sud-ouest, sept quartiers se distinguent tout de même, construits successivement.

Importante historiquement et aujourd’hui pour le tourisme du département, la commune est située à quarante-deux kilomètres au sud de Paris-Notre-Dame, point zéro des routes de France, dix-huit kilomètres au sud-est d’Évry, quinze kilomètres au nord-est d’Étampes, dix-sept kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes, vingt-six kilomètres au sud-est de Palaiseau, treize kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt, quatorze kilomètres au sud-est d’Arpajon, dix-huit kilomètres au sud-est de Montlhéry, vingt-cinq kilomètres au sud-est de Dourdan et vingt-sept kilomètres au nord-est de Fontainebleau. La commune est en outre située à soixante-dix sept kilomètres au sud-est de ses homonymes seine-et-marnaises de La Ferté-Gaucher et La Ferté-sous-Jouarre.

Le centre-ville historique de la commune, à l’ouest du territoire est implanté sur la rive droite de l’Essonne qui matérialise en partie la frontière avec Cerny, au niveau du confluent avec le ruisseau le Ru. La rivière parcourt deux kilomètres cinq cent sur le territoire de la commune. Elle est complétée sur sa rive gauche d’un étang en amont à l’extrême sud de la cité. Deux ponts enjambent la rivière, l’un vers le nord-ouest dans la rue Eugène-Millet, l’autre vers le sud-ouest dans la rue Notre-Dame, toutes deux étant sur le parcours de l’ancienne route nationale 449 déclassée.

Le terrain occupé par la commune se distingue par sa forte déclivité dans l’étroite et encaissée vallée de l’Essonne. Le centre-ville historique est ainsi situé sur les bords de la rivière avec un point bas à cinquante-trois mètres au sud de la commune, à proximité du collège, altitude approximativement similaire pour l’ensemble du bas centre-ville. L’espace urbain s’élève ensuite rapidement vers l’est pour atteindre l’altitude de cent mètres au niveau de l’avenue Le Nôtre, située à seulement quatre cent mètres au nord-est du collège. Viens soixante-dix mètres plus loin le plateau situé à cent vingt-cinq mètres, il s’étend ainsi jusqu’au point culminant du territoire communal à cent quarante-deux mètres pour s’abaisser vers la proche vallée de l’École, dix kilomètres plus à l’est. Le plateau jusqu’à il y a peu inoccupé, n’était traversé que par la route départementale 83, dite route de Melun. Il fut urbanisé dans sa partie sud durant la seconde moitié du XXe siècle, le nord étant encore aujourd’hui occupé par une carrière de sable à ciel ouvert désaffectée. Le sous-sol est constitué de quarante mètres de sable de Fontainebleau surmontés de grès, de calcaire d’Étampes et d’argile fossilifère lacustre caractéristique du Bassin parisien.

La Ferté-Alais est une commune relativement peu étendue, mais au territoire rectangulaire très en longueur. Du nord-ouest au nord-est, elle est ainsi limitrophe de Baulne, à l’est se trouve le territoire de Videlles bien que le village soit assez éloigné, au sud-est et sud, Guigneville-sur-Essonne assure pour sa part une continuité urbaine avec sa voisine, elles sont toutes deux séparées par la rivière l’Essonne du village D’Huison-Longueville tandis qu’à l’ouest de La Ferté-Alais se trouve le village de Cerny sur le territoire duquel est installé l’aérodrome de La Ferté-Alais.

La Ferté-Alais est située en Île-de-France et bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, elle est arrosée avec régularité sur l’ensemble de l’année. En moyenne annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une moyenne maximale de 15,2 °C et une moyenne minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et −19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine de la banlieue par rapport à Paris, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir, surtout en fin de nuit. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an, toutefois un peu inférieur au nord du département par la présence plus fréquente de brume à proximité des cours d’eau et des champs. Les précipitations sont réparties également sur l’année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Si l’Essonne n’est pas une voie navigable, sa vallée a toujours été empruntée par les axes de communication. La Ferté-Alais est donc situé à la croisée de nombreuses routes importantes du département et de la région. Premier axe, la voie ferrée Paris – Malesherbes aujourd’hui empruntée par la ligne D du RER d’Île-de-France avec la gare de La Ferté-Alais, terminus de certaines missions. La commune est aussi située à la croisée de la route départementale 449 reliant Arpajon à Malesherbes, de la route départementale 191 de Corbeil-Essonnes à Ablis, de la route départementale 31 qui mène vers le nord à Yerres, prolongée vers l’est par la route départementale 83 vers Melun et appelée route départementale 831 dans la commune. Elle est enfin le point de départ de la route départementale 105 vers Milly-la-Forêt. Le samedi matin, jour de marché, un service de transport par autobus est assuré par la mairie, en complément du ramassage scolaire en semaine. Le réseau de bus CEAT permet de rallier Corbeil-Essonnes et au-delà la place Denfert-Rochereau de Paris avec deux allers-retours par jour. La commune est située à vingt-sept kilomètres au sud de l’aéroport Paris-Orly, soixante-et-un kilomètres au sud-ouest de celui de Paris-Charles-de-Gaulle, elle est aussi située à seulement deux kilomètres de l’aérodrome de La Ferté-Alais installé sur la commune voisine de Cerny.

Sept quartiers composent la diversité de la commune, d’ouest en est, le centre-ville, le Guichet, le Clos du Manoir, les Deux-Ponts, le Tertre, les Vieilles-Vignes et à l’extrême sud les Pierres Rangées, seul quartier d’habitat social. S’ajoutent les lieux-dits la Justice, la Ruelle, la Grange aux Moines, le Gros Buisson et Guette-Lièvre.

Le nom de la localité est attesté sous les formes Firmitas, Firmitas Aalipdis, Firmitas Adelaidis, Ferte vers 1091, Firmitas Balduini, la Ferté Baudouin au XIIe siècle du nom de son seigneur au XIe siècle, Feritas, Firmitas Aidelaidis vers 1200, apud Feritatem Alisie en 1266, la Ferté Aales vers 1263. La forme La Ferte-Aleps apparaît sur les cartes des Cassini et le nom de la commune a été enregistré avec cette graphie lors de sa création en 1793. On trouve parfois La Ferté-Alaix par la suite et La Ferté-Alais dans le Bulletin des lois de 1801 qui va devenir la seule forme utilisée à partir de 1845.

Il s’agit d’une formation toponymique médiévale. Le premier élément Ferté- s’explique par l’ancien français ferté au sens de « forteresse » de même étymologie que la forme savante « fermeté ». Tous deux remontent au latin firmitas, firmitate « lieu fortifié ». La Ferté- se réfère au château qui était autrefois présent à la place de l’actuel centre-ville et qui commandait la vallée. Le second élément Baudoin a été remplacé en 1127 par celui d’Alais (autrement Aales, Aalis, Aalize au Moyen Âge, c’est-à-dire Alice), forme populaire d’Adélaïde, en hommage à la dame du lieu, Adélaïde de Rochefort. Alais se perpétue de nos jours comme nom de famille.

La présence humaine sur le territoire est certifiée dès la préhistoire comme en témoignent les objets retrouvés lors de fouilles dans les communes voisines. Le nom de la rivière étant une référence à la déesse gallo-romaine Acionna, on peut imaginer la présence d’une villa rustica sur le plateau à proximité de l’actuelle ferme pédagogique.

Le premier seigneur connu de la cité est Robert Ier, roi de Francie occidentale et grand-père d’Hugues Capet. C’est lui qui, au début du Xe siècle fit construire des forteresses dans les vallées, alors appelées fertés pour protéger Paris des attaques de Normands. La commune, qui était alors sous la garde d’un certain Baudoin prit le nom de La Ferté-Baudoin. Deux paroisses coexistaient alors, Notre-Dame pour la forteresse et Saint-Pierre pour les faubourgs. Vers 1095, Gui II de Montlhéry prit le contrôle de la forteresse. Il donna alors la paroisse Notre-Dame à l’abbaye de Morigny, bénédictine, relevant du diocèse de Sens avec la charge d’y établir un prieuré. En 1112, Louis VI éleva la contrée en châtellenie. En 1127, la famille de Rochefort était toujours propriétaire du lieu, le nom évolua en hommage à la comtesse Adélaïde de Rochefort. De 1114 à 1130, la chapelle seigneuriale fut remaniée pour devenir l’actuelle église Notre-Dame. Au XIIIe siècle, Saint-Louis acquit la châtellenie qui fut alors rattachée au royaume de France. Durant la guerre de Cent Ans, la région fut dévastée et le château et les remparts, pourtant équipés de murs épais de douze mètres, furent rasés en 1358. Au cours du mois d’, Jeanne d’Arc sur le chemin d’Orléans traversa la commune. La cité prospéra grâce à la culture de la vigne, de la production de chaux et plus tard à l’extraction du grès et du sable. Elle fut toutefois ravagée au cours des guerres de religion du XVIe siècle et à nouveau lors de la Fronde au XVIIe siècle. En 1791, la paroisse de Saint-Pierre fut définitivement rattachée à celle de Notre-Dame et l’église fut vendue pour mille six cents livres.

Le nom actuel de la commune apparut au début du XIXe siècle. Le , le futur roi Louis-Philippe céda la dernière parcelle de domaine royal sur laquelle était construite une résidence de villégiature, elle devint la maison commune. À la même époque, durant la campagne de France, les Cosaques investirent la région durant trois ans. En 1825, l’école fut installée dans la maison commune. Vers 1840, l’arrivée du chemin de fer avec la ligne Villeneuve-Saint-Georges – Montargis permet d’accroître le commerce, de développer la petite industrie grâce à l’accès direct au vaste port de Corbeil et de proposer une villégiature aux Parisiens. Après la deuxième pandémie de choléra, un lavoir fut construit sur les rives de l’Essonne. Intégrée à l’arrondissement d’Étampes en 1801, elle fut rattachée à celui de Corbeil en 1926, puis d’Évry en 1966 avant de réintégrer la division administrative d’Étampes en 1967. En 1860, la maison commune fut remaniée pour être plus commode. En 1870, au cours de la guerre franco-prussienne, la région fut une nouvelle fois occupée durant six mois. En 1876, l’entrepreneur Modeste Loyer obtint l’autorisation d’installer un four à chaux sur le plateau. Le , la fanfare de La Ferté qui se rendait à un concours à Londres fut impliquée dans l’accident de la gare de Charenton qui fit douze victimes parmi les Fertois. En 1883, l’église Notre-Dame, visitée peu avant par Eugène Viollet-le-Duc fut classée monument historique. En 1890, grâce au don de Sophie-Marie Brunel et au legs du notaire Pierre-Léon Angot, la municipalité fit construire une salle d’asile qui fonctionna jusqu’en 1973. Le , la municipalité inaugura un buste à la mémoire du président Sadi Carnot, voisin de la commune.

Le , un monument aux morts de la guerre de 1870 fut érigé dans le cimetière communal. En 1910, devant la surexploitation de la sablière, un arrêté municipal institua un coût de vingt-cinq centimes par mètre cube pour les étrangers à la commune. En 1915, la foudre frappa le clocher de l’église. En 1923, les sœurs de Saint-Joseph de Saint-Vallier ouvrirent un hospice de vieillards. Au début des années 1930, le lotissement du Clos des Manoirs fut aménagé pour recevoir les touristes parisiens. Le , le conseil municipal accepta l’érection d’un monument aux morts de la grande guerre à proximité de l’église Notre-Dame. En 1932 y fut installé l’électricité. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les troupes allemandes occupèrent la région qui fut libérée en par la division Leclerc. Le , les résistants Georges Heren et André Branche furent abattus par la patrouille allemande alors qu’ils venaient récupérer des armes parachutées dans le bois du Tertre. Le , la mairie acquit la maison de retraite. En 1997, elle acquit les ruines de l’église Saint-Pierre pour la réhabiliter. Le , l’ancienne école Angot devint salle culturelle.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004.

En 2014, la commune comptait 3 939 habitants, en diminution de 1,45 % par rapport à 2009 (Essonne : +4,99 %).

Lors du premier recensement des personnes intervenu en 1793, la commune naissante comptait six cent soixante treize résidents. La progression fut lente et relativement chaotique, un pic étant atteint en 1846 avec huit cent soixante-quinze âmes avant un chute ramenant le chiffre à sept cent quatre-vingt-dix en 1856 et une nouvelle croissance jusqu’en 1891 où le nombre de neuf cent soixante-neuf Fertois fut atteint, chiffre ramené à neuf cent cinquante sept au début du XXe siècle et seulement huit cent trente-quatre en 1921 après la première Guerre mondiale et l’exode rural vers la capitale, accessible par la voie ferrée. Dès lors, l’augmentation du nombre d’habitants repris, le village dépassant le cap du milliers au sortir de la seconde Guerre mondiale avec mille cent quatorze résidents en 1946, mille trois cent quatre-vingt-onze en 1962, deux mille deux pour la première fois en 1982, le cap des trois mille étant franchi à la fin de la décennie et le chiffre de quatre mille vingt-quatre Fertois étant atteint lors du recensement de 2006. La population étrangère n’intervient que peu dans l’évolution démographique, ne représentant que 5,4 % en 1999.

La commune de La Ferté-Alais, contrairement à de nombreuses communes apparaissant comme rurales, se caractérise par une population relativement jeune au regard de la pyramide des âges de 2006. C’est ainsi que 35 % de la population était âgée de moins de vingt-cinq ans à cette date, avec cependant une différence marquée entre les deux sexes pour les personnes de moins de quinze ans, les filles de cette classe d’âge ne représentant que 20,1 % du total des femmes contre 23,5 pour les garçons sur la totalité des Fertois masculins. À l’inverse, et comme il est de coutume, les femmes sont bien plus représentées au-delà de soixante-quinze ans que les hommes (respectivement 7,6 % contre 3,5 %), les seniors ne représentent d’ailleurs qu’une faible part de la population, différence de répartition entre sexes et âges plus marquée à La Ferté-Alais que dans le reste du département.

Les établissements scolaires de la commune sont rattachés à l’académie de Versailles. Elle dispose des trois écoles maternelles Angot et Champ du Coq, de l’école élémentaire Louis-Moreau et de l’école primaire des Vieilles-Vignes. Elle dispose aussi du collège Albert-Camus. Les élèves doivent ensuite se rendre dans les lycées d’Étampes ou Mennecy.

Deux centres de loisirs accueillent les enfants hors périodes scolaires. Un espace jeune accueille les adolescents. Une association organise des cours de langues étrangères pour tous les publics.

La commune a mis en place un centre communal d’action sociale, une maison de retraite classée établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est implantée en centre-ville, les urgences sont traitées par le SMUR de Corbeil-Essonnes et les malades dirigés vers le centre hospitalier Sud Francilien de la même ville. Sept médecins, cinq chirurgiens-dentistes et deux pharmacies sont implantés sur la commune.

La Ferté-Alais était le chef-lieu du canton éponyme jusqu’en 2015. Elle est intégrée à la deuxième circonscription de l’Essonne représentée par le député-maire d’Étampes Franck Marlin (UMP). Son maire est Marie-Annick Piere (DVG). Vingt-sept élus siègent au conseil municipal répartis pour vingt-et-un d’entre eux dans la liste majoritaire divers gauche et six dans une liste divers gauche dissidente, huit élus adjoints assistent le maire dans ses fonctions. Un conseil des enfants, un conseil des sages et cinq comités de quartiers participent aux réflexions communales. L’Insee lui attribue le code 91 1 11 232. La commune de La Ferté-Alais est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 102 324. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z.

En 2009, la commune disposait d’un budget de 4 286 000 € dont 4&nbsp fuel belt water bottle;001 000 € de fonctionnement et 285 000 € d’investissement, financés pour 42,33 % par les impôts locaux, la même année la dette municipale 2 678 000 €. En 2009, la fiscalité communale était fixée à 17,22 % pour la taxe d’habitation, 17,27 % et 51,81 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti et 12,55 % pour la taxe professionnelle fixée par l’intercommunalité.

Elle adhère ainsi à la communauté de communes du Val d’Essonne qui regroupe dix-sept communes, au Siredom pour le traitement des ordures ménagères et au Siarce pour l’aménagement de la vallée de l’Essonne. La commune dispose d’un centre communal d’action sociale. Deux cent quinze logements sociaux répartis auprès de quatre bailleurs étaient implantés sur la commune en 2009, sur les mille quatre cent quarante-quatre logements que compte la commune, soit 15 % du parc, la commune ne respectant pas les directives de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

Vingt-neuf maires se sont succédé à la tête de l’administration municipale de La Ferté-Alais depuis l’élection du premier en 1790.

La vie politique de La Ferté-Alais extrapolée des derniers résultats électoraux montre une certaine ambivalence de l’électorat, qui semble suivre peu ou prou les tendances nationales en étant relativement porté à droite. Ainsi, ces deux dernières années, les Fertois ont largement reconduit le député sortant UMP dès le premier tour avec plus de trente points d’avance face à sa concurrente socialiste et ont de la même manière réélu le conseiller général UMP sortant avec cinq points d’avance. En 2007 encore, le candidat Nicolas Sarkozy y obtint trois points de plus au second tour qu’au niveau national et quatre de plus que le résultat départemental. En 2004 déjà, le candidat socialiste Harlem Désir enregistrait deux points de moins qu’au niveau régional, au profit du candidat de la majorité présidentielle mais lors de l’élection régionale, cette tendance fut inversée. Complété par les résultats municipaux où les Fertois portent régulièrement les candidats de gauche, il en résulte une prédominance du vote « populaire » aux scrutins locaux. Enfin, les résultats sont caractérisés par une abstention élevée, avec un record à 61 % lors de l’élection européenne de 2004 et des taux de participation à peine supérieurs à 50 % lors des élections législatives de 2002 et 2007 et cantonales ou municipales de 2008. Le parti socialiste dispose d’une section dans la commune.

La sécurité du lieu est assurée par la brigade de gendarmerie de Guigneville-sur-Essonne et du centre de secours de pompiers volontaires de Cerny. Les représentations de service public sur la commune sont l’agence postale, le centre du Trésor public et le point relais-pôle emploi. Une étude notariale est installée sur la commune. L’organisation juridictionnelle française rattache les justiciables de la commune au tribunal d’instance et conseil des prud’hommes d’Étampes, au tribunaux de grande instance et de commerce d’Évry et à la cour d’appel de Paris.

Le Ferté-Alais a développé des associations de jumelage avec :

L’association de la Bibliothèque Fertoise, constituée en 1973 par des bénévoles permet l’accès à la lecture pour tous, elle est complétée par la médiathèque départementale gérée par le conseil général de l’Essonne. La salle Sophie-Marie-Brunel accueille expositions, spectacles et projections cinématographiques. La compagnie de théâtre « Le 1er vol de l’hirondelle » est résidente dans la commune. Treize associations participent à l’animation culturelle de la commune.

Deux manifestations d’envergure départementale rythment la vie culturelle fertoise, le festival au Sud du Nord de jazz et musiques du monde qui se tient la première semaine de septembre et le meeting aérien organisé lors du week-end de Pentecôte par l’Amicale Jean-Baptiste Salis sur l’aérodrome.

La commune jouit d’une tradition artistique avec la présence encore importante d’artistes-peintres, sculpteurs, mosaïstes et photographes qui œuvrent et exposent dans la commune. Certaines œuvres sont réparties sur le territoire communal, dont une mosaïque monumentale sur la façade de la salle Sophie-Marie Brunel, des sculptures en bronze et en fer forgé, un buste du président Sadi Carnot, permettent à la commune de participer aux journées européennes du patrimoine en proposant un circuit de découverte.

Au sud de la commune est implanté le complexe sportif Carnot équipé de deux gymnases, de quatre courts de tennis, de deux terrains de football en herbe, d’une piste d’athlétisme et de deux terrains de streetball. Un skatepark et une base nautique permettant la pratique du canoë sur l’Essonne complètent l’offre sportive. La piscine René-Léger construite dans les années 1950 était implantée en centre-ville. Quinze associations promeuvent la pratique sportive dans la commune.

Le complexe sportif Carnot.

L’ancienne piscine René-Léger.

La paroisse et le secteur pastoral sont rattachés au diocèse d’Évry-Corbeil-Essonnes. Les fidèles sont accueillis dans l’église Notre-Dame-de-l’Assomption dédiée à l’assomption de la Vierge Marie. L’église Saint-Pierre, désaffectée depuis la Révolution pourrait être restaurée et à nouveau ouverte au culte. La fête patronale de la commune se tient le premier dimanche suivant le 15 août.

L’église Notre-Dame-de-l’Assomption.

Les ruines de l’église Saint-Pierre.

L’hebdomadaire Le Républicain diffuse une édition pour le Sud-Essonne qui traite en partie des informations du secteur. La chaîne de télévision régionale Télif, qui a repris les programmes de Téléssonne, diffuse des informations locales sur le réseau satellite et ADSL. S’ajoute la chaîne France 3 Paris Île-de-France Centre disponible dans tout le Bassin parisien.

La Ferté-Alais est intégrée par l’Insee à la zone d’emploi d’Évry qui rassemble soixante six communes et 271 329 habitants, les Fertois ne représentant ainsi que 1,46 % de ce total. L’extraction du grès et du sable fut longtemps la principale activité de la commune. Une petite zone d’activité est implantée sur le plateau mais le tissu économique communal est encore dominé par une concentration importante d’artisans (vingt-neuf installés sur la commune) et commerçants (cinquante-sept installés sur la commune), un total de deux cent vingt-neuf entreprises étant installées sur la commune dont cent-vingt-sept ayant pour seul personnel leur propriétaire. L’agriculture est elle aussi encore présente dans la commune avec quatre personnes recensées comme exploitant agricole, ils employaient en sus douze personnes pour une superficie totale cultivée de 174,72 hectares soit 38 % du territoire. Deux marchés se tiennent en centre-ville le mercredi et samedi matin. L’Éducation nationale avec le collège et la mairie, notamment avec les agents dédiés à la maison de retraite municipale sont les plus importants employeurs de la commune. Le tourisme représente une part importante de la vitalité commerciale de la commune, un camping avec une centaine d’emplacements est implanté à proximité du centre-ville et quarante-quatre résidences privées étant comptabilisées comme résidences secondaires. Au total, cent soixante et une entreprises étaient implantées à La Ferté-Alais en 2006 dont quatorze créées cette année-là.

Une part importante de la population active, évaluée à 1 673 personnes en 1999 relèvent de la catégorie employé (41 %), suivie de loin par les professions intermédiaires (21,5 %) et la catégorie ouvrier (18,1 %), en grande majorité dans le secteur tertiaire (83,8 %). Les Fertois apparaissent relativement épargnés par le chômage, seuls 7 % étant sans emploi en 1999, chiffre accrut à 8,2 % en 2004 mais qui reste moindre à la moyenne nationale. En 2005, le revenu moyen imposable s’établissait à 20 530 euros mais 32 % des foyers n’étaient pas imposables et 33 % des habitants n’étaient pas propriétaires de leur logement. Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 21 335 euros, ce qui plaçait La Ferté-Alais au mille huit cent treizième rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages en métropole et au cent trente-quatrième rang départemental.

Près de 70 % du territoire est occupé par un espace rural, composé de champs et de bois au sud et au nord de la commune thermos insulated water bottle with straw. Les berges de l’Essonne sont encore pour partie sauvages et abritent des étangs préservés.

Le site de la sablière est classé espace naturel sensible par le conseil général et constitue une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique. La commune est en outre située aux portes du Parc naturel régional du Gâtinais français qui rassemble cinquante-sept communes, surnommé le « pays des mille clairières et du grès ».

Le sentier de grande randonnée GR 11 traverse la commune, il est complété par le circuit de randonnée La Ferté-Alais – Malvoisine qui sillonne le sud du département en une boucle de vingt-deux kilomètres et par le sentier des carriers. La ferme de la Grange aux Moines constitue une ferme pédagogique et un espace de préservation des espèces.

Un circuit touristique marqué par de médaillons de bronze aux armes municipales sillonne la commune, il permet de visiter l’ensemble des sites remarquables du lieu.

Seul édifice classé aux titres des monuments historiques l’église Notre-Dame-de-l’Assomption fut construite entre 1114 et 1167 dans un style gothique, elle est inscrite depuis 1862.

Du Moyen Âge à La Ferté subsiste les ruines de l’église Saint-Pierre construite à la fin du Xe siècle, le prieuré de l’abbaye de Morigny, le porche de la cour de l’Ange du XIVe siècle et les vestiges des anciens remparts du château du XIIe siècle larges de douze mètres. Les maisons du centre-ville disposent encore de caves voûtées, parfois équipées de puits à eau dont la plus grande mesure seize mètres de long et deux mètres de haut.

Plus tard, un lavoir fut édifié sur les bords de l’Essonne. La Renaissance a laissé dans la commune les bâtiments de la maison de retraite.

Le XIXe siècle permit la construction de l’école de la rue Notre-Dame, de l’hôtel de ville acquis en 1814, du four à chaux en 1876, de l’école Angot acquise en 1890, d’une chapelle commémorative construite en 1891, du monument à Sadi Carnot inauguré en 1897. Le XXe siècle et sa période touristique a laissé des villas bourgeoises dont la maison des « Deux Marquises ».

La reconstruction et extension de la maison de retraite de La Ferté-Alais (2011) selon les normes nouvelles de la “haute qualité environnementale”, par les architectes Philippe Ameller et Jacques Dubois, est emblématique des priorités sociales et écologiques en ce début de XXIe siècle.

Médaillon du circuit touristique.

Le porche de la cour de l’Ange.

Le lavoir.

Le monument à Sadi-Carnot.

La villa des « Deux Marquises ».

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à La Ferté-Alais :

Les armes de La Ferté-Alais se blasonnent : D’azur à la fleur de lys florencée d’or à deux oiseaux d’argent adossés, la tête contournée perchés sur les deux volutes.

Ce blason apparaît sur la locomotive BB 22291 dans le cadre du parrainage du matériel de la SNCF par les communes.

Sur les autres projets Wikimedia :

Share This:

fodbold hat online | Billige Nike Fotball Jerseys online | Kelme Outlet

MCM Rucksack | Kelme Outlet | maje dresses outlet| maje dresses for sale

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet online shopping shop online